« Il ne faut pas se mentir car le vrai problème n’est pas l’île de Mayotte, et encore loin la France »

L’archipel des Comores se développera quand il aura des femmes et des hommes intelligents. Dans un contexte électoral chaque candidat aimerait séduire les comoriens tout en évitant de froisser notre ancien colonisateur. Or, il est difficile pour les autorités comoriennes de faire une synthèse sur les intérêts de la nation et ceux de notre gendarme qui assure notre sécurité extérieure.

image

Néanmoins, il ne faut pas se mentir car le vrai problème n’est pas l’île de Mayotte, et encore loin la France. Rappelons, que la corruption, le népotisme, l’injustice, les lois inconstitutionnelles, et la gabegie judiciaire n’ont jamais été cautionnés ni par l’ancien colonie, ni par les institutions internationales. Au contraire, ils nous ont donné des pistes permettant de s’en sortir.

En effet, ce qu’il dit MR ELARIF, dans son analyse est pratiquement cohérent, si ces propos viennent au fond de son cœur. Or, il s’avère que cet avocat de formation a contribué à l’élection d’un autre juriste de formation qui n’est autre qu’ABDOULWAHAB. Ce juriste que tout le monde pensait qu’il allait influencer en bien la justice comorienne, ne faisait que ce qu’il lui semblait bien pour sa famille. Donc, avant de prendre la plume pour faire une très bonne analyse, il faut absolument qu’il y’ait un regard dans le passé.

Ce n’est pas parce qu’une idée est vérifiée qu’elle est forcément juste. Et ce n’est pas par ce qu’elle juste qu’elle sera vérifiée.  C’est le cas d’un syllogisme juridique: « Tous les politiciens comoriens sont malhonnêtes, or Mr le juriste ou l’avocat est comorien, donc, ces deux personnes sont des malhonnêtes ». Il faut insister que pour que vous soyez malhonnêtes, il faut que tous les comoriens soient malhonnêtes, et rien ne prouve que tous les politiciens comoriens sont malhonnêtes.

Par ailleurs, les idées de Mr ELARIF sont de qualités indéniablement mais, comme disait SARTRE il n’y a pas un savant méconnu, car nous jugeons plus sur nos sens que toute autre chose. Les idées ont une grande valeur à partir du moment où nous arrivons à les concrétiser.

Il existe une raison de dire que l’immaturité de nos dirigeants est la source principale de notre malheur, mais le manque d’une souveraineté visible est la cause lointaine du désastre qui s’abat sur l’archipel.

Les Comores n’ont jamais connu une indépendance tangible et claire.

D’abord, en matière économique, notre pays est sous perfusion étrangère, car il dépend plus de la diaspora, des pays du golf et l’aide internationale du développement.
Cette situation est due du fait de nos élites qui manquent une certaine perspective économique dans le long terme. C’est aussi que les autorités comoriens préfèrent qu’on leur donne le poisson plutôt qu’on leur explique la façon de pêcher.

En grosse modo, l’état comorien n’a pas le monopole d’une part de la politique monétaire qui est la souveraineté. Et d’autre part, une politique budgétaire, étouffé par le FMI et la Banque mondiale.

Ensuite, si les autorités comoriennes ne disposent pas la planche à billet, où est donc la souveraineté d’un état?

Il faut dire que la banque centrale de notre pays est administrée par sept personnes dont une partie vient de l’ancien colonie.
Comme les autorités comoriennes ne disposent pas le pouvoir monétaire, la politique économique reste bloquer. Rappelons nous que pendant long temps il n’existait pas des banques de dépôts, il y a qu’une seule banque de dépôt depuis la naissance des îles Comores, il s’agit de la BIC.

Par ailleurs, cette situation rend l’économie morose puisque, la banque centrale ne joue pas son rôle qui consiste à lutter contre l’inflation et la masse monétaire. C’est elle qui fixe le taux directeur pour les banques de dépôts. Elle utilise ses instruments, notamment L’OPEN MARKET en cas de masse monétaire ou en cas de moins de monnaie. Et si cette politique nous échappe, rien ne peut se développer dans
l’archipel

Enfin, notre défense est assurée par l’ancien colonisateur. Et chaque fois qu’il y a un problème,  nous faisons appel à lui comme leur propre départements. 

Il faut souligner que l’Europe a des intérêts comme tout autre continent. ce sont des intérêts supérieurs qui font la course des états développés. Donc, avant d’évoquer la politique extérieure, il faut tout d’abord repondre au besoin des citoyens. En outre, chacun doit connaitre ses limites.

A mon avis, il est important de mener une politique à petit pas. il ne faut pas attaquer le sommet avant la base.

Imani

2 commentaires sur « Il ne faut pas se mentir car le vrai problème n’est pas l’île de Mayotte, et encore loin la France »

  1. IL n’y a que la vérité qui blesse mais bravo vous avez frappé dans le mil comme on dit mon frère imani car la question qu’on ce pose comment ces gents là n’ont jamais pensé qu’ont étaient à l’école avec eux nous avons les même diplômes des fois,comment j’ose aller lui demander 2 ET 3 FOIS LA même chose des routes des routes des écoles et que rien n’a jamais était fait c’est la honte Mais je croix que la diaspora a les anda qu’on a pris tous les responsabilités de l’Etat a faire les routes ,les écoles ,les hôpitaux et que pour couronner le tout ils sont invités pour les inaugurer alors ils sont à l’aise de ne rien faire et le détournement et la corruption prend devant mes frères ;alors que devons nous faire en laissant aussi c’est pas la solution au moins avec ça aussi on a avancé un peu moi je dis changeons des têtes car les mentalités ne changera pas sauf s’il y a une vraie justice qui punira les malfaiteurs ou bien dire les voleurs sans vergogne ,les insouciants de ce pays mais est ce que un jour il aura une justice dans ce pays car ils les frères les oncles les beaux frère les cousins ,et avec ces considérations et une vision pareil les justiciers ayant tout ce là nous sommes morts qu’ALLAH Bénissent les COMORES ET LES COMORIENS .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*