Inciter les deux opérateurs à proposer des services de qualité

​Le programme de stimulation de la demande des technologies de l’information et de la télécommunication(Tic) a fait l’objet d’une réunion de sensibilisation, mercredi 19 octobre, à l’hôtel Retaj, entre les acteurs directs du secteur et ceux du système éducatif. Financée par la Banque mondiale à hauteur de cinq millions de dollars, cette quatrième phase duProgramme régional d’infrastructures de communication (Rcip-4) entend accompagner l’Etat comorien dans le processus de libéralisation du secteur des Tic en mettant fin au monopole public.
Après Ngazidja, des ateliers de sensibilisation du même genre sont également prévus dans les deux autres îles (Mwali et Ndzuani). Selon le coordonateur du projet Rcip-4 aux Comores, Gamal Djamadar, la politique de la Banque mondiale vise à financer une composante baptisée «Stimulation de la demande des Tics» pour inciter la population à se familiariser avec les nouvelles technologies de l’information et de la télécommunication et obliger les deux opérateurs à proposer des services de bonne qualité.
               Préachats de capacité internet


«Cette phase devra lutter contre la fracture numérique, contribuer à l’accélération du développement socio-économique, et tirer le prix de l’internet vers le bas. Du coup, pour atteindre l’objectif de la stimulation, il serait utile de projeter des préachats de capacité internet pour les institutions publiques, et appuyer des projets dans les écoles, les communautés, les mairies», a fait savoir GamalDjamadar.Le point focal du projet à Ngazidja,Hamadi Saïd Nadiata, a déclaréque plusieurs catégories de projetsétaient envisagées pour stimulerla demande, notammentl’augmentation de la connectivité,la création d’un écosystème desTics ainsi que des actions de formationet de sensibilisation.
Selonelle, il y aurait aussi un appui à lacréation de fournisseurs d’accèsInternet indépendants, la créationd’un Réseau national d’enseignementet de recherche à l’Universitédes Comores, ou bien l’équipementdes étudiants et des professeursen ordinateurs. «Le projet Rcip-4 pourra se porter comme soutien de tels projets, tout comme le recrutement d’une équipe de pilotage, la formation des étudiants et professeurs aux Tic ou encore la mise en place de nouvelles infrastructures le cas échant ou la fourniture de capacité à tarif réduit. On a prévu également le recrutement d’animateurs itinérants pour l’implémentation dans les mairies partenaires», a-telleexpliqué.

Nazir Nazi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*