Investiture des nouveaux élus

inves

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Le nouveau parlement a été investi vendredi 3 avril. Une cérémonie populaire a précédé la session ordinaire de l’après-midi qui a été émaillée d’incidents qui ont provoqué son ajournement par le président par intérim, le doyen d’âge, Ali Ahamada

C’est sur le perron du palais du peuple que s’est déroulée la cérémonie d’investiture des nouveaux députés. Ils étaient trente élus à arborer une écharpe à la bannière du pays, présentés un à un par le directeur de cabinet de l’assemblée, maitre de cérémonie. Les organisateurs ont voulu une cérémonie populaire et la foule n’a pas boudé ce plaisir. Plus d’une centaine de milliers de personnes ont fait le déplacement. La plupart des élus ont même été accompagnés par leurs partisans vers le siège du parlement, sous les you-yous et à coup de klaxons.

Des danses folkloriques majestueusement exécutées ont fini d’honorer ce vendredi ensoleillé. Certes la fête était au rendez-vous ; la cérémonie était plutôt brève avec deux interventions, celle du grand cadi et celle du ministre de l’intérieur chargé des relations avec les institutions.

« La cérémonie marque une étape ultime pour le processus engagé », a dit le ministre de l’intérieur. « Le chef de l’Etat a montré qu’il est un vrai homme d’Etat après avoir réussi à organiser des élections à la date précise et en étant le premier bailleur de fonds », a déclaré le grand cadi, Said Mohamed Athoumane, ajoutant qu’Ikililou Dhoinine est entré dans l’histoire, étant le « premier chef de l’Etat qui a su montrer sa neutralité durant ces élections ».

« Sachez que vous (députés, ndlr) êtes comoriens avant d’être grands-comoriens, anjouanais ou mohéliens, a-t-il dit avant de conclure : « Vos avis peuvent diverger autant que vous voulez mais il faut savoir vous ressaisir pour trouver un terrain d’entente ».

Si l’intronisation s’est passée sans heurt, la session allait plutôt être marquée par des incidences. Il a fallu plus de 4 heures pour permettre la tenue de la première session des nouveaux députés. Ayant confisqué les clés, le secrétaire général du parlement, élu député a catégoriquement refusé d’ouvrir l’hémicycle avant l’arrivée des trois élus anjouanais dont l’élection a été invalidée par la cour.

 

Maoulida Mbaé

LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*