Justice: Djibril devra payer 41 millions de dommages  et intérêts

Justice : La Cour d’Appel se prononcera sur le dossier Djibril, le 20 décembre prochain
Evadé de son lieu de détention, le prédicateur Djibril est arrêté par la police, à Ndzuani, alors qu’il tentait de se rendre à Mayotte. Suite à son évasion, le prédicateur ne pouvait pas (ou ne voulait pas) répondre présent à l’audience tenue hier devant la Cour d’Appel. Interrogé sur cette capture, le procureur général a confirmé l’information et a ajouté qu’une procédure sera engagée contre le prédicateur.
 
Arrêté par la police nationale à Ndzuani alors qu’il tentait la traversée vers Mayotte, Chaéhoi M’madi, alias Djibril, se trouve en arrestation et attend son transfert à Moroni d’où il doit regagner son lieu de détention. Selon le procureur général, à son retour à Moroni, le prédicateur Djibril doit avant tout répondre des faits d’évasion, en attendant la décision de la Cour d’Appel.Cette décision, attendue par Moinahalima Andhumdine sera rendue le mercredi 20 décembre prochain, suite à une audience tenue devant cette juridiction, le mercredi 22 novembre dernier. Ayant interjeté appel sur le jugement rendu le 21 septembre par le tribunal de première instance de Moroni, qui a condamné le prédicateur à une peine de deux ans d’emprisonnement dont huit mois fermes et une amende de 25000 francs, les avocats du prédicateur contestent cette décision.
Cette contestation qui a suscité la saisine de la Cour d’Appel ne se limite pas sur la peine d’emprisonnement, mais également des intérêts civils, estimés par le tribunal à 17 millions de francs comoriens.

     

41 millions de dommages  et intérêts
Cependant, constatant l’absence du prédicateur à l’audience, les avocats du prédicateur ont été interdits d’intervenir et à son tour l’avocat de la partie civile a demandé à la Cour d’Appel de condamner Chaéhoi M’madi à verser à la victime la somme de 41 millions de francs comoriens, à titre de dommages et intérêts telle que formulée devant le tribunal de première instance. Dans son intervention, l’avocat de la partie civile a déclaré être surpris de l’absence du prévenu à l’audience alors qu’il est censé être en détention surtout que c’est lui qui a fait appel sur la décision.
 
    Nous pensions qu’il allait être là pour se défendre devant la Cour d’Appel. 
 
Quant aux réquisitions du parquet, le procureur général a demandé au tribunal de confirmer le jugement rendu par le tribunal de première instance de Moroni.

A la sortie de l’audience, Me Youssouf M’sa, un des avocats du prédicateur, a déclaré que l’évasion de son client peut avoir de lourdes conséquences. “Je crains des représailles du parquet et une possibilité de poursuite pour évasion”.
De son côté, Me Abdillahi M’madi Saïd a devant la presse déclaré être choqué de la négligence manifestée par le ministère Public à faire comparaitre Djibril. “Aucun élément ne prouve que le parquet a fait les diligences nécessaires pour que Djibril comparaisse devant la Cour d’Appel. Le ministère Public entretient l’impunité car le parquet avait le pouvoir de déplacer les forces de l’ordre pour le récupérer  afin qu’il intègre son lieu de détention, mais rien n’a été fait”. Quelques heures après cette audience de Moroni, le prédicateur est arrêté à Ndzuani

Mariata Moussa/Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*