Justice : neuf magistrats du tribunal de Mutsamudu suspendus

​Pour le ministre de la Justice, l’acte grave commis à Ndzuani peut avoir de lourdes conséquences sur la réputation de notre pays. «Nous ne pouvons pas avoir un Etat de droit et laisser des gens se faire justice eux-mêmes, car cela nuit gravement à l’image des Comores à l’extérieur», dit-il.

Neuf magistrats du tribunal de Mutsamudu viennent d’être suspendus de leurs fonctions par le ministre de la Justice. Il est reproché aux uns leur gestion de l’affaire Branda, du nom de l’auteur présumé de la mort de Néema Ahmed Abdou, lynché à mort dans les rues de Mutsamudu. Pour les autres, leur suspension serait liée à leurs comportements en tant que magistrats. Dans le premier cas, il s’agit du procureur de la République de Mutsamudu et du juge chargé du dossier Mohamed Abdou Houmadi alias Branda. «Cela ne veut pas dire qu’ils ont joué un quelconque rôle dans ce lynchage, mais, j’ai ordonné leur suspension pour le besoin et la sérénité de l’enquête administrative que nous avons ouverte», a expliqué le ministre de la Justice. Fahmi Saïd Ibrahim a également annoncé l’ouverture d’une information judiciaire afin de déterminer ce qui s’est réellement passé à Ndzuani. Selon lui, au terme de cette information judiciaire, les autorités compétentes seront en mesure de fixer les responsabilités pénales ou administratives.

Ouverture d’une  information judiciaire 

«Nous ne pouvons pas avoir un Etat de droit et laisser des gens se faire justice eux-mêmes, car cela nuit gravement à l’image de notre pays», dit-il. Pour le ministre de la Justice, l’acte grave commis à Ndzuani peut avoir de lourdes conséquences sur la réputation de notre pays. «Si l’enquête conclut que ces deux magistrats n’ont pa de responsabilité (administrative), ils vont être affectés dans d’autres endroits», a-t-il précisé.

Au sujet de la suspension des sept autres magistrats, le Garde des sceaux a invoqué «un manquement grave.» A l’en croire, le comportement de certains magistrats de l’île ont conduit les Inspections générale et régionale des affaires judiciaires à élaborer un rapport sur les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire insulaire. «Des magistrats se permettent de procéder à une révision des arrêts rendus par la Cour d’appel. Plus grave encore, ces magistrats mentionnent des noms de leurs collègues alors que ces derniers ne sont même pas au courant de ce qui se passe», a dénoncé le ministre de la Justice.
Mm/Alwatwan

2 commentaires sur Justice : neuf magistrats du tribunal de Mutsamudu suspendus

  1. Personnellement je trouve que cet homme n’a aucune dignité humaine.parce que, quand il y’a les graves actions qui se sont déroulé à Anjouan,ce soit disant ministre de la justice n’était pas sur place,mais le moindre des choses c’est d’envoyé une vidéo ou un message sur les réseaux sociaux aux 2 familles endeuillées et chagrinées par la perte de leurs enfants.ce monsieur n’a rien fait du tout, il a continué de faire sa vie tranquille avec sa copine qui se trouve au Maroc au lieu de retourner au pays pour faire face a ce drame qui a bouleversé le monde entier.si cet homme a une dignité ,il aurait du démissionné de son propre chef, mais malheureusement ce mot démissionné n’existe pas dans son vocabulaire.ce n’est qu’n grand opportuniste point à la ligne.

  2. Pourvu que ça dur car c’est bien beau de le faire mais si c’est juste pour nous faire croire à des bonnes choses juste le debut et puis faire comme tous les autres après ça sert à rien

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*