karihila : « Si on m’élit, je mettrai un plan Marshall à Ngazidja »

wpid-screenshot_2015-12-15-05-55-24-1.png

« Parce que Ngazidja est mal gouverné, parce que les wangazidjas vivent une vie difficile et cela dans tous les domaines que je me porte candidat aux élections des gouverneurs car je me sens capable de trouver des solutions aux maux dont souffrent les grand-comoriens » a déclaré Hamidou Karihila candidat du parti CRC dans les élections des gouverneurs de Ngazidja de 2016. C’était lors d’une émission téléphonique à Radio Ngazidja. Karihila croit avoir des atouts pour faire prospérer Ngazidja. « J’ai un carnet d’adresse bien plein. J’ai déjà servi le pays aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur et partout j’ai laissé un bilan positif » a-t-il indiqué. En effet, le candidat de la CRC a travaillé avec le feu Président Mohamed Taki Abdoulkarim étant son Conseiller chargé du monde Arabe. « Quand j’étais dans le cabinet de Taki, j’ai réussi à arracher un avion gratuit pour transporter nos pèlerins pour aller accomplir leur hedj. Aussi, pendant cette période, ajoute-t-il, l’ambassade de France aux Comores refusait les visas aux étudiants comoriens.

image

Les bacheliers de cette époque étaient désemparés et pour pallier à cette crise, je suis parti négocier avec les autorités libyennes et soudanaises. Les premières nous ont accordé 100 bourses et les secondes 70 bourses pour nos bacheliers » a-t-il dit. Cela a été possible, a-t-il précisé, grâce à la façon dont je me comporte avec les autorités du monde arabe. Des autorités arabes, avouons-le, qui font beaucoup dans ce pays, a rappelé Hamidou Karihila. Quelques mois après avoir réussi à solutionner le problème des bacheliers, le Président Taki qui me nomma Ambassadeur en Arabie Saoudite est décédé juste 5 jours après mon installation en terre sainte, précise-t-il. Et Karihila de noter je cite : « Pendant les 7 ans que j’ai passé à l’ambassade des Comores en Arabie Saoudite où j’étais chargé aussi du monde arabe, j’ai arraché 4 fois consécutifs des avions gratuits pour transporter nos pèlerins pour aller accomplir leur hedj ». Le candidat Karihila a aussi précisé qu’il avait représenté le pays dans le monde arabe dignement, il a été respectueux et respecté. « Le lendemain de la réconciliation nationale, l’Arabie Saoudite a accordé à notre pays un don de 2 millions de dollars pour consolider l’entente retrouvée. Elle a également payé pour les Comores, trois actions dans trois institutions non moins importantes. Il s’agit du Fonds monétaire arabe, l’autorité arabe qui intervient dans l’agriculture et une société arabe de pêche, a-t-il fait savoir. Et Karihila de continuer que quand il était Ambassadeur en Arabie Saoudite, il   a beaucoup plaidé pour le renforcement de capacité matérielle de l’ORTC. « L’Arabie Saoudite a doté à notre radio et télévision nationale des voitures et des équipements » a-t-il rappelé. En conclusion, Hamidou Karihila a indiqué que toutes les actions citées ci-haut, il a joué un rôle important voire décisif pour leur aboutissement. Hamidou karihila dit avoir un projet de société pour sortir le Ngazidja dans la situation difficile à laquelle elle fait face. « Je vais instaurer le plan Marshal à Ngazidja ».

Les wangazidjas sauront les détails de ce projet bientôt pendant la campagne électorale. A propos du bilan de l’ancien Président Azali, Karihila a indiqué qu’actuellement on note trois « Madras » écoles politiques. Il s’agit du madras d’Azali, de Sambi et celle du Président Ikililou. Il appartient maintenant aux comoriens d’apporter leur jugement de la façon dont ces trois régimes ont gouverné le pays. L’heure du bilan a sonné, a-t-il insisté. Mais attendant la réaction des comoriens, Hamidou Karihila a indiqué qu’Azali Assoumani a fait beaucoup de réalisations par rapport aux autres à savoir Sambi et Ikililou. Il a cité entre autres la réconciliation nationale, l’ouverture de l’université des Comores, le branchement du réseau ma-mwe dans les régions les plus éloignées, la réfection des routes, la création de Comores-télécom et la banque Snpsf, la construction de l’aimpsi.

Ahmed Bacar

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*