La campagne bat son plein aux Comores

Screenshot_2016-01-30-14-25-47-1

Les Comores sont en période de campagne électorale pour les présidentielles et poste de Gouverneurs des îles aux Comores jusqu’au 20 février 2016 pour la primaire à Ngazidja où 3 candidats seront retenus pour participer à une élection nationale.Screenshot_2016-01-30-14-25-47-1

Le choix du futur président sera crucial pour l’avenir du pays.

Le futur président des Comores sera connu après le dépouillement des résultats à partir du soir du 10 avril 2016 sous réserve de validation des résultats par la Cour Constitutionnelle des Comores.
Le choix des futurs gouvernants n’est pas une question de tête ou de savoir bien parler ou d’argent. C’est une question de volonté d’agir réellement pour les intérêts de la Nation comorienne. La fidélité du président et de ses colistiers devra aller à la Constitution et aux principes directeurs des valeurs Républicaines.

Notre pays a connu plusieurs types de présidents : les présidents autoproclamés suite à coup d’État, les militaires, les présidents de façade, le prédicateurs religieux, les présidents élus et imposés….etc.

Le choix de la nouvelle équipe doit se porter sur une équipe solide, expérimentée, patriote et determiné e à agir pour améliorer le quotidien de la population tout en donnant des perspectives réalistes et crédibles à la jeunesse en termes d’emplois, de promotion sociale et d’épanouissement individuel avec une égalité de chances pour chacun pour réussir sa vie. La bonne gouvernance et la mobilisation des recettes fiscales et non fiscales devront être au cœur des actions priorités afin de disposer des ressources additionnels pour investir dans l’éducation, la santé, les infrastructures, la valorisation du « Made un Comoros », le Tourisme et l’économie marine sans négliger l’économie numérique.

L’analyse faite par Ali Mmadi place dans les quatre premiers Mohamed Ali Soilihi, Fahami Said Ibrahim, Mouigni Baraka et Azali. Cette analyse n’est certes pas un sondage. Et de toute façon, un sondage est une est image avec une marge d’erreur, une sorte de photographie à un instant donné. De même, les sondages ne tiennent pas compte de l’évolution de la campagne et des sommes d’argent qui sont en jeu tant en termes de logistiques et de récupération de voix…. En conséquence, rien n’est joué d’avance. Il est vrai que la multiplicité des candidats favorise plutôt le pouvoir, et ceux qui ont eu à occuper des postes par le passé.

Le vote régionaliste risque de jouer pleinement lors de la primaire. Ce qui est étonnant c’est que peu des 25 candidats ont montré leurs programmes en intégralité. On dirait que la Majorité d’eux a peur que le contenu de leurs programmes sont pris par d’autres alors que nous sommes en campagne électorale. Bonne chance à tous.

Darchari Mikidache

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*