La Commission de l’océan Indien aux Comores : du poisson de qualité pour la santé et l’économie

Domoni, le 15 novembre 2017 — Une quarantaine d’acteurs de la petite pêche d’Anjouan, de la Grande Comore et de Mohéli se rencontre depuis hier à Domoni (Comores) pour un atelier national de formation et de sensibilisation pour améliorer les conditions d’hygiène et de qualité du poisson dans les circuits commerciaux afin de renforcer la sécurité alimentaire et la santé publique. Cet atelier est une suite logique d’un ensemble d’activités entreprises dans le cadre du programme SmartFish de la Commission de l’océan Indien sur financement de l’Union Européenne en étroite collaboration avec le gouvernement des Comores.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

L’objectif de cette formation est de contribuer à la professionnalisation de la pêche traditionnelle par une amélioration de la chaîne de valeurs. 
En effet, l’analyse de toutes les étapes de transformation du poisson aux Comores a fait ressortir la nécessité de mettre l’accent sur l’importance de l’hygiène et d’améliorer l’organisation des sites de débarquement et des marchés. Les revenus des pêcheurs seront améliorés grâce à une optimisation de la valorisation des produits et des circuits de distribution.
« Le programme SmartFish apporte, à travers cet atelier, un appui de proximité au secteur de la pêche artisanale pour répondre aux besoins des populations comoriennes en matière de produits halieutiques » souligne Satish Hanoomanjee, l’expert en pêche du programme SmartFish, qui s’est déplacé à Domoni. « Cette intervention vise à renforcer les capacités des pêcheurs artisans ainsi que des mareyeurs, surtout les femmes, les wachouzis à la Grande Comore, en utilisant des techniques élémentaires pour préserver les produits de pêche. Cette démarche est gagnant-gagnant parce qu’elle permet d’augmenter considérablement les revenus de ces acteurs de la filière en réduisant les pertes post-captures. » 
A l’issue de cet atelier,  les capacités des acteurs de la filière seront renforcées pour de meilleures pratiques de manipulation, de transformation et de vente des produits de la pêche. Ils devront aussi s’engager  formellement  dans la démultiplication de la formation auprès des pêcheurs, transformateurs et vendeurs de poisson de leurs villages respectifs. Les pêcheurs et vendeurs seront sensibilisés pour qu’ils s’approprient et gèrent les sites de débarquement financés par le projet SmartFish.  

« Le Gouvernement comorien mettra en place un plan d’action national pour améliorer ces questions d’hygiène et de qualité du poisson avec les pêcheurs, les revendeurs et les transformateurs du poisson », a déclaré Chamouine Soidri, directeur général des Ressources halieutiques. Il a également validé le choix de Domoni du fait de l’importance de l’activité de pêche artisanale sur place.
Soulaymana Soudjay, pêcheur de Bimbini, se dit très fier de prendre part à cette séance de formation. « Le poisson est l’aliment le plus consommé aux Comores. Les pêcheurs et les vendeurs doivent prendre leurs responsabilités pour éviter les risques sanitaires en respectant les conditions d’hygiène dans la transformation du poisson », soutient-il tout en appelant les acteurs à sensibiliser les communautés de pêcheurs et commerçants pour la promotion de bonnes pratiques d’hygiène.

CIO

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*