En ce moment

La Conférence qui a couté plus de 1 million d’euros à organiser se tient dans une petite salle exiguë

La conférence des partenaires au développement des Comores s’est ouverte, au siège de la Banque Mondiale à Paris. Sous le patronage de l’Etat Français représenté par le Chef de sa diplomatie Le Drian.

Au même moment, non loin de là, les activistes de la diaspora anti-Azali sont venus en nombre donner de la voix, pour dénoncer la complicité de Macron, hôte d’un président à la tête d’une république bananière qui piétinent les libertés et les droits humains.

La Conférence qui a couté plus de 1 million d’euros à organiser se tient dans une petite salle exiguë qui contient difficilement tous les participants.

Malgré les invitations délivrées en mains propres par Amine Soeuf aux différents gouvernements alliés des Comores, aucun n’a daigné envoyer une personnalité de haut niveau. Azali s’est donc retrouvé autour d’une table avec des représentants qui n’avaient pas son rang, ni même le rang de ses ministres hormis Le Drian.

Il faut se souvenir qu’en 2005 lors de la Conférence de Maurice, Azali était entouré du premier ministre Mauricien Ramgoolam et dû du président sud-africain Thabo Mbeki.

En 2019, les leaders de l’Ocean Indien sont absents. Ni l’Arabie Saoudite, ni les Émirats, pourtant considérés comme des partenaires privilégiés, n’ont envoyé de haute personnalité.

Il est alarmant de constater l’isolement dans lequel notre pays notre pays se referme. Ce gouvernement tourné le dos à ses voisins immédiats de la sous région. Nous l’avions déjà constaté à la prestation de serment d’Azali où aucun président ne s’était déplacé. Pourtant, point d’émergence sans intégration régionale.

Les autorités comoriennes s’enferment dans un tête à tête dangereux avec la France. Mais même de ce côté, c’est la déception. La France n’a pas rajouté un centime à sa promesse initiale de 150 millions qu’elle avait annoncé lors de la visite d’Azali à l’Elysee.

La somme globale n’est pas encore établie, mais comme je l’avais prédit nous serons loin des 6 milliards de d’euros irréalistes prévues par Azali.

Comme une petite piqûre de rappel, tous les intervenants, de Le Drian à la représentante du Pnud, ont rappelé que le premier partenaire au développement des Comores est la diaspora avec ses 190 millions de transferts de fonds chaque année.

Malheureusement, le gouvernement Azali a décidé de se mettre à dos cet acteur incontournable du développement, en passant son temps à l’insulter et dénigrer.

Al Comorya

3 commentaires sur La Conférence qui a couté plus de 1 million d’euros à organiser se tient dans une petite salle exiguë

  1. il veut garder le pouvoir et en même temps il rêve grand….et il ne faut pas être con….ce régime se colle à la france pour éviter son renversement par des éléments venus de mayotte ou ailleurs…et en espérant faire jouer la coopération militaire entre la france et les comores…. c’est pourquoi il s’arrime à la france.

  2. Oups ! Je crois que je me suis trompé de lien, ou peut-être de journal…
    Encore un article sur la conférence des bailleurs ! Ça alors ! C’est étonnant, je croyais que c’était conditionné à la libération de Oubeid Mchangama.
    Mais c’est vrai, là aussi c’est pour en dire du mal, donc c’est une façon de ne pas en parler.

  3. ce mort vivant trouvera la mort subite dans l’argent , il aime trop l’argent on dirait qu’il veut les emporter sur sa sinistre tombe . Il est trop brouillon . Sa fin est proche .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*