La corruption mine ce pays !

Le rapport annuel 2016 de l’ONG allemande TransparencyInternational, publie au mois de janvier 2017, classe les Comores à la 153e place. Ainsi le pays   est passe de la 136e place mondiale en 2015 à la 153e place  en 2016, soit une perte de près de 17 places en une année. A titre de rappel, en 2013, les Comores étaient placées à la 127eme place.
 
Cette dégringolade faisait suite aux mesures iniques prises par le nouveau pouvoir qui dès le 8 septembre 2016 (décret N° 16-228/PR) avait abrogé par décret certaines dispositions de la loi N° 08-13/AU du 25 juillet 2008, relative à la transparence des activités publiques économiques, financiers et sociales de l’Union des Comores. Un décret finalement annulé  par la Cour constitutionnelle dans arrêt rendu le 13 octobre 2016.  En dépit de cette annulation, le Chef de l’Etat n’a pas jugé utile de nommer les nouveaux membres de la Commission Nationale prévention et Lutte contre la corruption. Cette Commission est en veilleuse. Et pourtant cette commission avait une mission importante pour lutter contre la corruption qui mine ce pays. Selon l’article 11 de ladite loi N° 08-013 du 25 juillet 2008, La commission nationale de prévention et de lutte contre la corruption a pour mission notamment de :
    exploiter les informations et enquêter sur les faits de corruption.
    rechercher dans la législation, les règlements, les procédures et les pratiques administratives facteurs de corruption afin de recommander des réformes visant à les éliminer ;
    dispenser des conseils pour la prévention de la corruption à toute personne ou organisme public ou privé et recommander des mesures, notamment d’ordre législatif et règlementaire, de prévention de la corruption ;
    éduquer la population sur les dangers de la corruption et la nécessité de la combattre, mobiliser les soutiens publics ;
    recueillir et conserver les déclarations de patrimoine des personnes de la vie publique ;
    coopérer avec les organismes nationaux, étrangers et internationaux de lutte contre la corruption et infractions assimilées.
Contrairement aux affirmations de certaines matières grises du régime, la commission nationale de prévention et de lutte contre la corruption n’a pas pour mission uniquement de réprimer. Elle a une mission d’éducation et de sensibilisation.
En mettant en veilleuse la Commission anti-coruption, le Chef de l’Etat non seulement viole la loi, mais ne rend pas service au pays qui ne verra pas une amélioration de son classement dans le prochain rapport 2017 de « Transparency International ».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Comores droit 

1 commentaire sur La corruption mine ce pays !

  1. Azali et sa femme ne veulent plus entendre parler de cette institution.

    Celle-ci pourrait les avoir dans l’oeil. Ils sont tous les deux les maîtres du lieu. Ils récupèrent les recettes de toutes les sociétés d’État. Engrange les aides en Provence de l’Arabie Saoudite. Et finalement, ils grossissent pendant que le peuple maigrit. Si l’organe anti-corruption allait subsister, c’est le clan AZALI qui maigrirait.

    Pour le président, l’argent des comoriens appartient à sa famille. Mais, dieu se substituera au peuple pour punir ces voyous de la République. Déjà, on peut dire que les conséquences ne se font pas attendre. Nous constatons que le ciel devient l’avocat numéro un des comoriens.

    Il est visible que cette famille qui règne depuis 1999,vit au rythme des malheureux à cause de l’argent public. Merci, les anges qui nous défendent contre la corruption.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*