La Course de la Femme : À J-46, inscriptions toujours timides

femme comoresÀ quelques semaines de l’organisation de la 4ème édition de la Course de la Femme, les coordinatrices de cet événement national et international se montrent courageuses et confiantes, malgré quelques zones d’ombre financières, dues à la timide manifestation de certains partenaires, fidèles et toujours bienveillants. Pour mars 2013, le thème retenu, c’est : Femme, le sport maintient notre santé.

À un mois et demi du jour J, les coordinatrices de la Course de la Femme prévue en mars prochain s’interrogent toujours, mais ne doutent pas ! Les inscriptions à la course d’endurance ouverte exclusivement aux femmes, et qui favorise la confrontation des générations et suscite l’émulation collective fraternelle dans une liesse populaire, prennent fin le 20 février 2013.

« Le droit d’inscription reste toujours de 500 fc. Le planning des entrainements n’a pas changé : mardi et jeudi après-midi, départ Moroni, place de l’indépendance. Nous invitons nos partenaires à se manifester, comme d’habitude dans un temps raisonnable », explique une nouvelle bénévole, venue partager le combat de l’association Femme en Mouvement.

Pour cette 4ème édition, le thème retenu illustre la volonté des coordinatrices de l’association Femme en Mouvement à promouvoir la santé et la lutte pour le genre. « Pour l’édition 2013, nous avons retenu comme thème principal « Femme ! Le sport maintient notre santé ». C’est motivant et mobilisateur », précise Nouhere Bafakih, la financière du groupe.

L’appréciation de Mme Afrika, secrétaire générale de l’association Femme en Mouvement ne fait pas peur, mais parait inspirer l’incertitude. « Pour le moment, il est difficile de ma part d’avancer des statistiques sur les inscriptions. Du coté préparatifs, nous sommes au stade de porte à porte. Qu’il pleuve, qu’il vente, la 4ème édition de cette épreuve aura lieu, Incha Allah ! Maintenant que nous dialoguons, nous ignorons encore le résultat du Conseil des Ministres du mercredi passé. C’est très important pour l’événement », s’interroge Nadhuifa Afrika. « Nous invitons tout soutien, nouvelles idées, support technique, moyen financier, etc. », ajoute notre interlocutrice.

Interrogé depuis le Liberia, Alain Le Garnec, l’un des pionniers de la course de l’endurance dans l’Archipel, avance un langage encourageant : « La tenue régulière du marathon et semi-marathon international des Comores et de la Course de la Femme sont une promotion à l’international. Tous mes vœux accompagnent les divers planificateurs et coordinatrices pour relever le défi. Je devrais rejoindre prochainement le Tchad, pour le compte de Médecins du Monde. J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir aux Comores ». Alain le Comorien, vous serez toujours le bienvenu.

BM Gondet

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*