La France dénonce «l’annexion» de la Crimée par la Russie, Moscou lui rappelle le cas de Mayotte

Paris a rappelé son opposition à «l’annexion» de la Crimée. Moscou lui a fait valoir le cas de Mayotte, maintenue en France à l’issue d’un référendum et ce, après la déclaration d’indépendance de l’archipel des Comores dont elle faisait partie.

«L’annexion de la Crimée par la Russie est illégale. La France le répète à l’occasion de la visite officielle du président Zelensky» : c’est le message publié par le compte Twitter en anglais de la diplomatie française le 17 juin, jour de la visite du chef d’Etat ukrainien à Paris. Le tweet s’accompagne d’une vidéo, dans laquelle le Quai d’Orsay déclare notamment : «La communauté internationale, l’Union européenne et la France continuent à accorder une grande importance à la restauration totale de la souveraineté de l’Ukraine et de son intégrité territoriale.»

Mayotte, une «Crimée» française ?

Mayotte est un département français revendiqué par les Comores et dont l’appartenance à la France est contestée par certains pays.

En 1974, conformément au principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, la France organise un référendum sur l’indépendance des Comores. 96% des voix sont en faveur de celle-ci. Mais les quatre îles qui forment alors les Comores ne vont pas accéder à l’indépendance : comme le rappelle France Info, le président Giscard d’Estaing, «pressé notamment par la marine française qui ne souhaite pas perdre ce point d’appui, […] décide de prendre en compte le résultat du référendum île par île». Or, les électeurs de Mayotte, peuplée de Mahorais se sentant culturellement différents des habitants des trois autres îles, se sont prononcés contre l’indépendance.

Ainsi, lorsque les Comores proclament leur indépendance le 6 juillet 1975, le gouvernement français se déclare quelques jours plus tard «disposé à entamer avec les nouvelles autorités les pourparlers concernant les transferts de responsabilités»… mais ajoute : «S’agissant de l’île de Mayotte, le gouvernement tiendra compte de la volonté ainsi manifestée.»

Les autorités françaises décident donc de mettre en place un nouveau référendum, concernant l’indépendance ou le rattachement à la France de Mayotte. La France va jusqu’à utiliser son droit de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU, en février 1976, pour repousser un projet de résolution lui demandant de renoncer à ce nouveau référendum. Organisé en 1976, celui-ci confirme à plus de 90% la volonté de cette île de rester française.

La France, rappelle l’AFP, sera plus tard énergiquement «condamnée a l’ONU en raison de sa présence a Mayotte et sommée de se retirer de l’île», «partie intégrante de la république indépendante des Comores». Ainsi, dans sa résolution du 6 décembre 1994, l’Assemblée générale de l’ONU demande le respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale de l’archipel, faisant valoir que les frontières héritées de la colonisation étaient intangibles.

Enfin, en mars 2011, Mayotte est devenue le 101e département français après un référendum organisé en mars 2009. Les autorités comoriennes revendiquent toujours la souveraineté

Francais.rt.com

7 commentaires sur La France dénonce «l’annexion» de la Crimée par la Russie, Moscou lui rappelle le cas de Mayotte

  1. Vaut mieux être annexé par la France que les Comores, les politiciens comoriens n’ont absolument rien fait depuis l’indépendance à part Ali Soilihi qui avait une vision à court, moyen et long terme. Même on parle la même langue, même religion ça ne veut pas dire qu’on a les objectifs ou qu’on veut être dirigé par les grands comoriens. Développez votre pays au lieu de penser à aller en France ou venir à Mayotte. Tous vos grands cerveaux sont hors territoire parce que les riches s’enrichissent et les pauvres crèvent en douceur.

  2. les comoriens sont des chiens qui aboient pendant que la caravane passe. les russes ont annexé la crimée sans que l’onu puissent faire grand choses à part juste aboyer comme les comoriens. mayotte restera française et L’ONU ne pourra rien y faire encore moins les asticots comoriens.

  3. C’est quoi cette bêtise qui consiste à dire que Mayotte sentait avoir une culture différente des autres îles qui l’aurait poussé à vouloir rester avec la France. Quelle culture ?!!!! parler d’une chose qui aura au moins une petite part de vérité mais surtout pas la culture ni la langue

    • Une chose est sur les wangazijas n’a rien à faire dans cette union. Il doivent se raprocher de zanzibar car leur culture et leur langue est plus proche d’eux.

  4. Il est évident que c’est la loi du plus fort qui gouverne ce monde . La France est forte militairement , et avec son droit de veto à cette merde d’ONU , donc personne ne peut lui dire non de ce qu’elle fait . Quand il s’agit de ses interêts la France est capable de pactiser même avec le diable , et par la suite cette même France garce viendra nous donner des léçons de droit . Elle n’a même pas honte de parler d’une Crimée Anexeé par la Russie tout en faisant semblant d’oublier Mayotte . On aurait beau aimer voir cette France qui se glorifie de mère des « arts , des lois et des armes », laisser la Corse prendre son indépendance .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*