« La justice comorienne reprend ses couleurs »

L’appareil judiciaire de notre pays est atteint d’une malade grave depuis belle lurette, alors que, le pays dispose des magistrats de renommés. Tout le monde est conscient des dysfonctionnements et des anomalies que connaisse notre justice.

C’est la raison pour laquelle, le Président Azali Assoumani II, veut rendre la justice comorienne plus crédible et impartiale aux yeux du citoyen comorien.

En attribuant les prérogatives judiciaires à Maître Fahmi Said Ibrahim, une nomination que le peuple comorien a accueilli avec plein d’espoir et d’enthousiasme ; prouve fort l’obstination du Président iman Azali Assoumani de lutter contre l’impunité, le laxisme et le favoritisme ; seul capable d’apporter une vision complémentaire de fonctionnement judicaires et juridictionnelles. Ceci  peut certes aider à éviter les mauvaises compréhensions ou interprétations de certaines décisions ou procédures judicaires. Conscient qu’avocat et magistrat sont deux professions qui se côtoient tous les jours et qui sont soumis à des certaines exigences communes, le Président Azali Assoumani a eu la conscience tranquille de confier cette lourde et noble mission à cet avocat de droiture, riche en carrière politique, reconnu mondialement, et qui a la capacité de droit de synthèse, d’analyse juridique et en immersion de l’action en tant que acteur judiciaire.

Il n’y pas de justice sans magistrat et il n’y a pas non plus de justice sans avocat. Ces facultés contribueront à une œuvre commune pour une justice équitable et impartiale. Ce rapprochement pourrait être bénéfique au justiciable alors que l’intérêt du justiciable c’est d’arriver à une solution de son litige.

Lors de son discours de l’Ide El-kabir qui coïncidait avec la fête de l’indépendance, le Président Iman Azali Assoumani a fait savoir que les mesures entreprises par le nouveau Garde des Sceaux, sont approuvées par son gouvernement  et ne constituent non plus à des règlements des comptes. Ces sont des mesures courageuses qui pourront bien aider à rehausser l’image de notre justice. D’ailleurs le Président Azali Assoumani à profiter pour fait appel au concours de tout un chacun pour mettre fin à l’impunité.

Cette reconnaissance en vers le Garde des Sceaux de vouloir redresser notre justice a été corroboré par les propos du Procureur Général Soilihi Mahmoud dans les ondes de Labarka FM, en affirmant que le nouveau ministre a la volonté de rendre la justice comorienne plus crédible, indépendante et impartiale. L’indépendance et l’impartialité constituent les deux principes fondamentaux de tout système judiciaire. 

Aujourd’hui, le gouvernement comorien se positionne aux côtés des démunis qui peuvent normalement bénéficier d’une justice équitable et juste.  

 

Un plan ambitieux pour redresser, reformer, moderniser, et informatiser la justice comorienne est à l’étude. Dans cette optique de redressement, avocats, magistrats, greffiers, gendarmes tous… doivent aussi faire entendre leurs voix pour accompagner les reformes entreprises qui consistent sans doute l’accès à une meilleure qualité de justice et auront pour but de combler le fossé entre le  monde de la justice et l’homme de la rue face aux innombrables procédures qui conduisent souvent le citoyen à renoncer à ses droits ou amener qu’une partie de sa défense.

Il serait souhaitable que le ministre de la justice organise des ateliers pour associer tous les acteurs judiciaires et le citoyen dans ses orientations afin de mieux comprendre le rôle du citoyen dans la justice. Des thèmes à développer comme « le citoyen et la justice »  pourra faire comprendre au citoyen son rôle pour  une justice équitable.                           

Adil Said Ali Hamadi, étudiant en 3em année de Droit à l’universite des Comores 

1 commentaire sur « La justice comorienne reprend ses couleurs »

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*