La maison RDC prend l’eau de partout

wpid-screenshot_2015-11-11-17-02-41-1.png

Après le départ du RDC, de Younoussa Said et d’Ali Hamissi, un autre départ semble imminent : celui de Djaé Ahamada, le secrétaire général du parti. Mouigni Baraka se ferait champion de montrer la porte de sortie à ses amis.

Au sein du RDC (le parti de Mouigni Baraka, pas la république de Kabila), la tendance est fugueuse.

image

S’étant fait fort de montrer la porte de sortie à ses amis, c’est Djaé Ahamada, cette fois, qui se trouve sur le perron vers la sortie. Il va rejoindre Younoussa Said, le président du conseil de l’île de Ngazidja, Ali Hamissi, l’ancien directeur de campagne de Mouigni Baraka et pourrait être rejoint par Mohamed Soulé, l’ancien commissaire aux finances qui voulait ou veut être candidat. Car Mouigni Baraka qui n’aurait pas la reconnaissance du ventre, mais une mémoire gommeuse, aurait fait son choix. C’est son commissaire à l’éducation qui portera l’étendard RDC pour sa succession au palais de Mrodjou.

Un morceau dont l’ancien vice-président de l’assemblée nationale, Djaé Ahamada, secrétaire général du parti, de surcroît, est loin d’avaler qui fait dire par ses lieutenants au sein du parti qu’il sera candidat. Qu’il pleuve ou qu’il vente, comme dirait l’autre. S’il n’est pas candidat RDC, il ne sera pas RDC mais sera candidat, en tout cas, assurent ses proches.

Le chef du parti de Mouigni Baraka ne se veut pas l’essuie-pieds des uns et des autres ou l’échelon par lequel ils peuvent passer pour se retrouver en haut de l’échelle et le regarder de si haut comme Mouigni Baraka le fait déjà. Djaé Ahamada a suffisamment avalé de couleuvres pour continuer à le faire.

Au sein du RDC, on parle d’élections primaires pour désigner le candidat au poste de gouverneur. Si Mouigni Baraka et les siens, le commissaire aux finances en tête, semblent favorables à l’option, le secrétaire général n’en est pas du tout favorable. Ses amis estiment que des primaires seraient organisées s’il n’y avait de candidat naturel, en l’occurrence, lui.

Le candidat soutenu par Mouigni Baraka, Youssouf Mohamed, dit-on dans les milieux proches du secrétariat général du RDC, n’est pas membre du parti. Son arrivée aux côtés du gouverneur de Ngazidja n’est qu’un simple concours de circonstances mais jusqu’ici, il n’aurait pas pris la carte du RDC. 

Le destin présidentiel de Mouigni, il le doit bien au premier secrétaire du RDC. Quand est-ce que l’hôte de Mrodjou voudra-t-il être l’obligé de Djaé ?

Le départ de Younoussa Said et d’Ali Hamissi grossit, nous n’en doutons pas, les rangs de Mamadou. Djaé Ahamada et probablement Mohamed Soulé pourraient être d’un grand renfort pour le camp du candidat du pouvoir.

On verra bien comment un Mouigni Baraka, le bien-nommé, pousserait-il le portail de Beit Salama sans ses principaux lieutenants. Ces départs massifs au sommet du RDC semblent sonner le glas d’un parti formé dans l’enthousiasme du pouvoir mais qui ne disposerait d’aucun projet de société et encore moins de base militante au sein de la population.

La situation actuelle du RDC est celle qui décrit le mieux ce qui pourrait être le titre d’un mauvais film de série B : « quand la maison RDC prend l’eau de toute part ».

Ce n’est pas encore le feu mais… ou quand Mouigni Baraka devient spécialiste de la mise à l’écart de ses amis, ceux, notamment qui l’ont porté à Mrodjou et qui pensaient le porter à Beit Salam. Djaé Ahamada en est de ceux-là.

Mohamed Hassani / Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*