La styliste Sakina M’sa fait entrer la mode en prison

Ado, à Marseille, Sakina M’Sa customisait les habits de ses amis punk. Aujourd’hui, la styliste d’origine comorienne s’investit dans le social, en animant des ateliers auprès de détenues. Qui ont donné lieu à “Mode d’évasion”, un documentaire fort, diffusé sur France 3.

La première fois que la créatrice de mode Sakina M’sa s’est retrouvée à la maison d’arrêt pour femmes de ­Fleury-Mérogis, c’était pour répondre à une interview dans le cadre d’un atelier ­vidéo. « Les détenues m’ont posé des questions d’une grande pertinence, se souvient-elle, plus franches et plus profondes que celles auxquelles j’avais eu droit trois jours plus tôt sur une grande chaîne de télé. Quand, à la fin de notre échange, je leur ai demandé quel était leur rêve, elles se sont foutues de moi. Certaines se sont même mises à crier. “Regarde où on est, Sakina ! Tu crois qu’on a des rêves quand on est en prison ?” Mais je n’ai pas lâché l’affaire. J’ai tendu mes bras à l’horizontale et leur ai dit : “Nelson Mandela a vécu des années dans une cellule pas plus grande que ça. Ça ne l’a pas empêché de changer le destin d’une nation ; car il avait des rêves et vous devez vous en créer.” »

Les rêves, c’est toute la vie de Sakina M’sa, que rien ne prédestinait à devenir styliste — pas plus à coréaliser un documentaire autour de l’atelier « mode » qu’elle anime à Fleury-Mérogis. Née aux Comores d’un père ouvrier boucher parti travailler à Marseille (pour lire la suite de l’article👉 https://www.telerama.fr/television/la-styliste-sakina-msa-fait-entrer-la-mode-en-prison,n6341063.php)


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/1/d365227695/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*