La ville de Salimani a exhorté le Président à tout mettre en oeuvre pour préserver la paix

Le président a fait la prière du vendredi à Salimani. Les habitants appellent à préserver la paix avant toute chose.

La ville de Salimani a exhorté le Président à tout mettre en oeuvre pour préserver la paix du pays dans l’esprit de notre religion. Par ailleurs, la ville du Itsandra, par la voix de leurs hatubs, a condamné les troubles à l’ordre public perpétrés à l’occasion des prières du vendredi, notamment en ce mois sain du ramadan. « Notre paix vient de notre religion. Nous sommes de même obédience, pratiquons les mêmes rites, donc prendre les prières du vendredi comme pretexte de rassemblement pour perturber l’ordre public est inacceptable », a affirmé Foundi Aboubacar Abdillah Djamalileyli.

Non à l’utilisation de la religion à des fins politiques

Pour le Chef de l’Etat, ces troubles à l’ordre public sont évidemment intolérables d’autant qu’ils utlisent la religion à des fins politiques.
Mais plus encore, ces pratiques sont étrangères à notre tradition et s’apparentent au chiisme qui est aujourd’hui, plus politique que religieux. Et le Président de prévenir, « quiconque utilisera la religion à des fins politiques me verra en travers de son chemin ».

Enfin, le Président en a appelé à la responsabilité des hatubs comoriens afin qu’ils ne tombent pas dans le piège de la manipulation politique.

Beit Salam

1 commentaire sur La ville de Salimani a exhorté le Président à tout mettre en oeuvre pour préserver la paix

  1. S’il y a quelqu’un qui utilise la religion à des fins politiques, c’est le criminel Azali assoumani Mugabe.
    En effet, cet homme dangereux a promis de respecter la constitution et l’unité du pays. Or, il fait le contraire de ce qu’il avait dit lors du serment sur le Coran. De surcroît, ceux qui lui laissent conduire les prières seront les braises de l’enfer. Car, un menteur ne dirige pas une prière. Il faut dire que les oulémas et les hatubs sont des affamés.
    D’abord, ils prêchent aux noms des enveloppes venant de Beit-salam. Car, le criminel Azali assoumani Mugabe n’hésite pas à ramasser les impôts des comoriens pour les mettre sur son compte et acheter les hommes religieux.

    Ensuite, il brutalise les citoyens comoriens via le délinquant Kiki. Celui-ci fut un grimpeur d’arbres au lycée de Moroni. Aujourd’hui, à la tête d’un ministère régalien, il musele la population et ne cesse de bafouer les droits de l’homme sous les yeux des nations unies. Il faut dire que trois personnes sont les ennemis de Dieu : premièrement, le criminel Azali assoumani Mugabe. Deuxièmement, le ministre de l’intérieur Kiki.
    Troisièmement, le conseiller du criminel Azali assoumani Mugabe chargé du monde arabe. Ce sont les trois individus dangereux dont un mandat d’arrêt international doit être impérativement lancé. Ces derniers disposent un magasin de vente des passeports comoriens à Doubai.
    Enfin, plusieurs chercheurs et professeurs d’université doutent énormément de l’authenticité de l’islam comorien. Il est vrai que les grands comoriens sont d’origine bizarre. Car, ils ne disposent pas une culture propre.
    Ils sont souvent voleurs comme le président Azali assoumani Mugabe, syncrétique, c’est à dire, ils font la prière le matin et l’après midi ils sont chez le sorcier. C’est ainsi que beaucoup ne croient pas à l’islam comorien. Regardons attentivement les actes et les prêches des oulémas et hatubs, ils sont contradictoires. Si l’on voit le Mufti faire l’apologie d’un président criminel, qui affame sa population et qui jure sur le Coran en mettant la main dans les parties honteuses afin d’échapper à la foudre de l’islam, il ya de Quoi à se poser la question.

    Bref, les comoriens doutent de la sincérité des oulémas et hatubs qui mélangent pouvoir, argent, sexe et paroles de Dieu.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*