L’ancien régime rattrapé par la justice

​La justice comorienne pourrait bien rattraper les anciens dirigeants politiques. Quelques mois après l’élection du président Azali, deux vice-présidents de l’ancien régime se retrouvent accusés dans une affaire de marchés publics octroyés illégalement pour plus de trente millions d’euros.
Deux anciens vice-présidents et l’entreprise Colas aux Comores sont accusés de violation de la loi sur les marchés publics fixant à 60 000 euros le montant maximal d’un marché avant d’être soumis à un appel d’offres. Les contrats avec Colas ont été signés en 2011 et 2012 pour un montant total de dix-huit milliards de francs comoriens soit trente-six millions d’euros.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

C’est l’objet de la requête au tribunal administratif de Mahamoudou Ali Mohamed, directeur général de l’entreprise CBE. « Nous sommes trois sociétés dans ce pays. Donner dix-huit milliards à l’une des trois sociétés. S’il y avait eu appel d’offres, moi ou l’autre aurions eu un peu, ne serait-ce qu’un demi-milliard. Je sais ce que j’aurais pu gagner donc moi je réclame la marge que je n’ai pas eue en ayant été bafoué par les procédures », explique-t-il.

La violation de la loi sur les marchés publics par le vice-président Mohamed Ali Soilihi avait déjà été un argument de campagne contre lui à l’élection présidentielle.

Des allégations portées à l’époque par le candidat Fahmi Saïd Ibrahim, aujourd’hui ministre de la Justice. « Je ne renie pas ce que j’ai dit en période électorale. Il y a eu gabegie. Il y a eu détournements. En revanche, étant ministre de la Justice aujourd’hui, je me dois de protéger l’institution judiciaire et toutes les parties. Et il appartient à eux de soumettre leurs prétentions auprès du juge et au tribunal de trancher. Il ne me revient pas à moi de me substituer à l’une ou l’autre pour accompagner cette procédure », justifie-t-il. 

Par RFI

1 commentaire sur L’ancien régime rattrapé par la justice

  1. Pourriez vous change cet appelation justice comorienne à injustice comorienne. On est fatigué de ce jeux de compte à rendre et copinage de Mr Fahami. Soyons realiste.Le meme Fahami est la depuis longtemp, il n’a jamais servi de l’exemple au peuple comorien. Il faut restructurer notre appareil juridique et trouver des gents honnetes.Il faut se debarasser de ces magogues de la bande Azalo-Fahami.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*