Le docteur Ben Imane récidive et laisse mourir Said Abdallahi

Nos confrères de La Gazette Des Comores sont en deuil depuis ce jeudi 9 juin. Un homme a perdu la vie d’une manière inacceptable à notre époque.

Comme le relate le journaliste Toufely Maecha, « un des distributeurs de votre journal s’est éteint ce jeudi 9 juin sur son lit d’Elmaarouf. Selon des proches,  Said Abdallahi (originaire de Mdjoiezi Hambou) souffrait d’une hernie inguinale. Admis à l’hôpital depuis hier,  il fut transféré au pôle chirurgical communément appelé Dubai, après quelques heures aux urgences. Le chirurgien qui devait l’opérer ne se presentera pas. »

Le journaliste du quotidien souligne que ce médecin en question exerce à la fois dans le public, dans le privé et est aussi réputé cupide. Cherchait-il à attirer le patient dans sa clinique ? C’est en tout cas ce que craignent ceux qui ont vécu cette terrible histoire. Le docteur Ben Imane est attiré par l’argent plus qu’a sauvé des vies. La mission première d’un médecin est de tout faire pour soigner et prolonger la vie.

Le problème qui se pose souvent aux Comores quand quelqu’un meurt on dit c’est Dieu qui a voulu et on s’arrête la. Mais pourquoi aller voir un médecin ? Pourquoi ne pas rester chez soi et attendre la décision de Dieu ?

Pourquoi doit-on juger les chauffards sur la route ? On devrait dire aussi que c’est Dieu qui a voulu et ne rien faire.

Nous avions sur Comores infos publié le 14 mars 2014 sur ce médecin qui a été accusé de meurtre sur la personne de Mohamed ( Apoitro). Lire ici
Ce médecin exerce tranquillement. Pourquoi aux Comores les médecins peuvent tuer sans soucis ? Pourquoi la justice ne se penche pas sur la question ?

Qui sera la prochaine victime du docteur ?

A lire le témoignage du frère de la victime: http://www.comores-infos.net/docteur-ben-imane-a-tue-mohamed-apoithro-le-cas-de-mon-frere-nest-pas-unique/

3 commentaires sur Le docteur Ben Imane récidive et laisse mourir Said Abdallahi

  1. Veuillez connaître Dr Ben Imani.Il a toujours été 1er de sa promotion. Diplômé de Sénégal et de France. Il a ouvert les hôpitaux de Mbeni de Nioumachoi dans les années 1980. Lui et sa femme sage femme.Donc il y a lieu de respecter la valeur d’un homme. Si vous voyez des batiments des equipements de recrutements en masse dans cet hôpital c’est parce qu’il y a eu une équipe qui a travaillé dur dont Dr Ben Imani Dr Islam.Combien des dimanches nous nous sommes retrouvés dans le couloir de l’hôtel Le Moroni pour des études des propositions avec des partenaires arabes? un jour nous avons appris lappui de 300 millions du Japon pour des travaux.l’argent est géré par une commission du ministère des finances et le directeur des TP. Nous sommes partis rencontrer ce directeur et le Pdt de cette commission.Au lieu de créer des canaux avec cette somme peut on batir un bloc reanimation. En periode de pluie les salles de rea sont invivanles. La reaction du Pdt a été catégorique soit les canaux soit rien. Il fallait y vivre pour voir la reaction de ce medecin patriote. On apporte un commentaire à un domaine qu’on connait. Savez vous la procédure? Avant l’arrivée du chirurgien il y a l’arrivée d’abord de l’anesthésistes. Qu’est ce qui est écrit il y a quelques jours? Elmaarouf ne peut pas opérer car les anesthésistes constatent que la concentration d’oxygène est en dessous de 50*/*. Comment opérer alors? Il faudra ainsi encourager les anesthésistes à endormir les patients avec un coup de marteau sur la nuque. Des apprentis sorciers pourraient avancer une anesthésie locale or la législation veut que dans toute intervention chururgicale minime soit elle les mesures d’une AG anesthésie générale doivent exister. Il n’est pas le seul chirurgien dans cet hôpital plus de 10 pourquoi n’avoir pas contacté un autre si l’hôpital était en mesure d’opérer? C’est la responsabilité de l’hôpital au lieu d’accuser brutalement ce « sacrifié ». Par ailleurs il y a également d’autres cas graves. Un samedi à 11heures mon neveu de Moheli débarque d’une camionnette en provenance de l’aéroport. Le pied droit enflé il pleurait criait. J’appelle Dr Ben Imani. Il a abandonné sa réunion pour venir consulter le petit. Deux propositions. Soit opérer avant 14 heures soit couper le pied après 14 heures. Une longue liste de médicaments et de produits à acheter or je n’avais rien. Mes collègues mon directeur m’ont apporté le nécessaire pour l’intervention. Souvent les patients n’ont pas également l’argent pour répondre à l’ordonnance kilométrique des interventions après avoir dépensé l’économie aux analyses aux examens radiographiques echographiques etc. Je ne veux pas dire que c’était le cas de Paix à son âme. Il faudra que les comoriens s’affilient aux mutuels de santé et que les hôpitaux facturent le parquet des services au lieu de payer ici et là. Ce qui réduit également les chances de récupérer un malade. Bonnes journées de Ramadan.

  2. je pense à ce jeune qui vient de nous quitter suite à une maladie banale qui s’opère facilement. Mes sincères condoléances à la famille de Saïd Abdallah.
    j’interpelle au ministre de la santé de faire tout le nécessaire pour que le coupable soit sévèrement puni. Je demande au ministre de la justice d’ouvrir une enquête immédiatement.
    il faut faire table rase au niveau de tous les corps des services publics aux Comores.Il faut être sur place pour voir le malaise qui se manifeste à El Maarouf. Les praticiens d’el Maarouf sont des petits roi qui font le beau temps et la pluie…

  3. Pourtant ce mèdecin aux compétences douteuses a prêté serment en disant qu’il ferait tout pour soulager les souffrances. Qu’il ne prolongerait pas abusivement les agonies. Qu’il ne provoquerait jamais la mort délibérément . Qu’il soit déshonoré et méprise s’il y manque. Tant que ces graves disfonctionnements restent impunis aux Comores, nous feront malheureusement toujours face à l’incompréhension, et c’est souvent ceux qui n’ont pas les moyens d’en subir. Ce mèdecin est un assassin et sa place est en prison. J’espère que la famille de Said ABDALLAH , paix à son âme  » portera plainte et qu’une enquête soit ouverte contre ce récidiviste.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*