En ce moment

Le gouvernement ficèle un plan de rapatriement des Comoriens bloqués à l’étranger

De nombreux compatriotes sont bloqués à Madagascar, au Soudan, au Kenya ou encore en France. «Il faut que ces gens comprennent la nécessité des tests. Nous leurs demandons d’être testés par des instances reconnues, par les instances nationales avant leur rapatriement», a prévenu le porte-parole du gouvernement, Houmed M’saidie.

Le porte-parole du gouvernement, Houmed M’saidie, s’est, comme à l’accoutumé, présenté devant les médias pour dresser le compte-rendu du Conseil des ministres qui a eu lieu hier, au palais de Beit-Salam, sous la présidence du chef de l’Etat, Azali Assoumani. D’emblée, l’intéressé a fait savoir qu’Azali Assoumani a félicité les Comoriens pour avoir suivi à la lettre les recommandations des autorités le jour de l’Aïd-el-Fitr. Pour rappel, le président de la République dans un discours prononcé le vendredi 22 mai dernier demandait à la population de rester chez elle et de faire la prière à domicile et ainsi éviter les déplacements en cette période de pandémie.

594 personnes testées

Pour les Comoriens bloqués à l’étranger, le gouvernement s’est aussi penché sur le sujet. Il y a quelques jours certains compatriotes ont été rapatriés notamment de la Tanzanie ou encore des Emirats arabes unis mais d’autres sont toujours coincés à l’étranger. Le gouvernement compte ainsi les rapatrier de la Tanzanie, de Madagascar, de la France, du Soudan, du Kenya, entre autres. «Il faut que ces gens comprennent la nécessité des tests. Nous leurs demandons d’être testés par des instances reconnues, par les instances nationales avant leur rapatriement. Si les moyens sont limités, nous ne croiserons pour autant pas les bras et comptons user de tous les moyens.

Mais encore une fois, le passé récent nous apprend que nous devons redoubler d’efforts et nous assurer des tests réalisés par nos compatriotes», explique Houmed M’saidie.
Ce dernier a ensuite rappelé le bilan du Coronavirus dans le pays. Sur 594 personnes testées, les cas avérés sont au nombre de 87. «Il faut donc redoubler de vigilance et respecter davantage les mesures barrières. Le président de la République s’est renseigné auprès des différents acteurs si les demandes et autres recommandations des agents sur le terrain et l’ensemble des acteurs concernés ont été satisfaites».
Houmed M’saidie citera en exemple les masques et le Covid-Organics. Les centres de santé seront, selon le coordinateur des comités de gestion de la crise de la Covid-19, équipés de façon à s’occuper d’un éventuel cas.

Abdallah Mzembaba/ Alwatwan

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*