Le journaliste Toufeyli Maecha frappé par les militaires

wpid-fb_img_1456563339120.jpg

L’armée tabasse presque tout le monde. Le journaliste Toufeyli Maecha a reçu une gifle pour avoir pris une image de la manifestation selon Toyb Ahmed.

image

C’est grâce au courage de ce jeune journaliste que vous avez toutes les informations en temps réel des Comores.

Actuellement, la gendarmerie et l’armée ont évacué  la Place de l’Indépendance avec une violence sans précédente.

2 commentaires sur Le journaliste Toufeyli Maecha frappé par les militaires

  1. Si l’armée comorienne gardait le sens d’une armée, que deviendraientt les politiques des Comores? Si le peuple comorien était respecté, comment serait la démocratie dans le pays? Si la constitution restait la norme supérieure, et la base de l’Etat,que feraient les autres institutions?
    Mes chers compatriotes l’armée est supposée être le garant de l’ordre public. Qui dit ordre public dit respect du droit positif qui est la règle en vigueur.Tant que la liberté de presse,la liberté d’expression,le droit à la manifestation et le droit d’opinion ne sont pas respectés,il n’y a pas de respect à la constitution donc pas de respect au peuple souverain.

    Toutes les institutions dans un pays supposé démocratique émanent de la constitution dans la mesure où c’est celle-ci qui détermine fondamentalement la place et la mission de chaque institution.
    Les partis politiques et leurs représentants,les fonctionnaires, les personnalités,les représentants des entreprises publiques, les représentants des institutions publiques et les personnes morales privées et leurs représentants sont tous nés de la constitution puisque c’est celle-ci qui les a prévus soit directement c’est-à-dire en les énumérant soit indirectement c’est-à-dire par interprétation.

    Mes chers compatriotes en ce sens toute personne morale ou physique doit agir en fonction de sa source légale et pour l’esprit de cette source.Je veux dire par exemple les forces de l’ordre, les commissions électorales ont été créées sur une base qu’elles doivent respecter. Quant à la cour constitutionnelle, juge contentieux des élections et juge de constitutionnalité,sans doute c’est le seul espoir pour le respect de la constitution.

    Comoriennes et comoriens quiconque ne respecte pas la constitution ne respecte pas le peuple comorien car celui-ci est source de la constitution. C’est-à-dire c’est le peuple qui a voté la constitution par référendum. Il n’est pas question que notre volonté soit toujours bafouée. Notre pays n’a toujours pas eu les résultats escomptés puisque ça n’a toujours pas été la volonté du peuple comorien qui gouvernait. Le peuple comorien ne mérite pas ça. Il est un peuple comme les autres. Cette armée toujours complice à l’élection des dirigeants non voulus par les citoyens doit se resaisir, et finir par jouer son rôle.

    Personne ne doit être au dessus de la loi. Si c’est le cas, pour maintenir l’ordre public, la justice doit fermement condamner l’auteur. Dans le cas contraire ça serait une incitation pour la population à se faire justice. Ce qui pourrait engendrer ce que nous peuple comorien ne voulons pas.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*