Le maquillage provoquerait des ménopauses précoces

Les produits chimiques présents dans le maquillage, la laque et les emballages alimentaires sont à l’origine de ménopauses précoces, avertissent des chercheurs. D’après les résultats de leurs recherches, les femmes qui sont exposées à des doses élevées peuvent présenter des ménopauses deux ans et demi plus tôt que les autres femmes, voire plus tôt encore.L’inquiétude sur les risques potentiels pour la santé concernant les phtalates, un groupe de produits chimiques présents dans les plastiques, les cosmétiques, les produits ménagers et les emballages alimentaires, n’est pas nouvelle.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Mais des études récentes ont montré qu’ils peuvent en effet augmenter le risque de cancer, le diabète et l’obésité et même féminiser le cerveau des jeunes garçons. Aujourd’hui, ce sont des chercheurs américains qui affirment que ces produits chimiques perturbent les systèmes reproductifs des femmes, y compris leurs ovaires, et conduisent à une ménopause précoce. Le Dr Natalia Grindler, de l’Université Washington à St Louis, dans le Missouri, et ses collègues ont étudié les niveaux de phtalates dans le sang ou l’urine de 5.700 femmes. Celles qui présentaient les plus grandes quantités avaient également été confrontées à une ménopause précoce, en moyenne 2,3 ans plus tôt que les autres. L’âge moyen pour la ménopause est 51 ans.

Mais le Dr Grindler ajoute que certaines femmes peuvent être ménopausées 15 ans plus tôt, au milieu de la trentaine. La ménopause précoce engendre des taux beaucoup plus élevés d’accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques, des problèmes osseux et des hémorragies cérébrales mortelles. Le Dr Grindler ne pouvait cependant pas expliquer pourquoi certaines femmes présentaient des niveaux plus élevés de ces produits chimiques dans leur sang ou urine. « Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas à ce stade, notre recherche en est encore au stade préliminaire, mais nos premiers résultats sont déjà suffisants pour suggérer que ces produits ont un impact préjudiciable sur le long terme ».

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*