Le nouveau chef de mission du Fmi a été reçu à Beit-salam

 

fmi

Le président de l’Union des Comores a reçu, hier au palais de Beit-salam, la mission du Fonds monétaire international (Fmi) présente à Moroni depuis le 12 mars. Ce fut la première rencontre du nouveau chef de mission, Harry Trines (qui vient de remplacer Mbuyamu Matungulu) avec Ikililou Dhoinine et des plus hauts cadres du ministère des Finances, dans le cadre de la cinquième revue du programme de Facilité élargie de crédit (Fec).

A la sortie de cette rencontre de près d’une heure, Harry Trines a exprimé toute sa confiance au gouvernement comorien de poursuivre et terminer le programme avec les institutions financières internationales pour apurer la dette extérieure des Comores.“Notre mission a encore deux jours de travail. Les Comores sont dans la bonne voie même s’il reste beaucoup d’obligations à remplir”, a-t-il indiqué. Présent à l’entrevue, le vice-président en charge du portefeuille des Finances a tenu, encore une fois, a rappelé que malgré l’accession des Comores au point d’achèvement de l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (Ippte) en décembre 2012, le programme (Fec) avec les institutions de Bretton Woods n’est pas fini.

“Nous sommes déterminés à achever ce programme en décembre 2013 et les performances des mois de janvier et février nous donne bon espoir”, a soutenu Mohamed Ali Soilihi. Selon le vice-président en charge des Finances, le président Ikililou a fait savoir à Harry Trines que les fonds qui servaient à payer la dette, allés désormais être attribués aux secteurs de la Santé et de l’Education. Il faut noter que sur les six revues du programme Fec, les Comores ont déjà honoré quatre, ce qui a permis de bénéficier du point d’achèvement. Parmi, les points importants attendus au coursde la cinquième et sixième revue figurent la privatisation de la société nationale des télécommunications, Comores Telecom.

“La privation avance… Les appels d’offres ont été lancés et des sociétés se sont déjà manifestées”, a confié Mohamed Ali Soilihi. L’argentier du pays a précisé que les droits des employés seront respectés, mais aussi que la privatisation allait tenir compte de l’amélioration des prestations de services et la préservation des impôts de l’Etat. Le point d’achèvement, acquis en décembre 2012, a permis un effacement d’une grande partie de la dette extérieure des Comores, notamment avec le Club de Paris qui a réduit sa dette au mois de février à 85,5% (lire notre édition du 6 mars dernier).

“Le gros de l’endettement est détenu par les créanciers arabes”, a-t-on affirmé au ministère des Finances. Ainsi, sur les 96 milliards de francs comoriens de dette extérieure des Comores, entre 54 à 55 milliards de francs auraient été annulés, selon le vice-président Mohamed Ali Soilihi. La conférence de presse qui marque la fin de la mission, prévue samedi prochain, devrait permettre d’apprécier davantage les chiffres sur l’évolution des indices macroéconomiques.
Toyb Ahmed

Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*