Le premier ministre de Maurice sur les Jioi 2019 : ‘‘Nous ne sommes pas en compétition avec les Comores»

wpid-screenshot_2015-12-16-08-00-37-1.png

Dans un courrier au président de la République, le premier ministre mauricien, Sir Anerood Jugnouth, écrit que ‘‘il n’a jamais été dans l’intention de mon pays de manifester le moindre ‘esprit de compétition’ pour abriter les Jeux.’’ L’offensive diplomatique menée pour reprendre officiellement le flambeau semble avoir payé et l’espoir renaît de voir les Comores devenir les hôtes de ces dixièmes Jioi.

image

Le ministre de l’Intérieur et porte- parole du gouvernement a annoncé, mercredi dernier, que les Comores pourraient récupérer l’organisation de la dixième édition des jeux des îles de l’Océan indien (Jioi) 2019 (lire notre livraison du jeudi dernier).

«Nous pouvons dire que le ministre a eu raison de l’annoncer, car du côté politique, les discussions et la campagne menées jusqu’ici par le chef de l’Etat, Ikililou Dhoinine, et l’équipe gouvernementale avancent dans le bon sens. Ses homologues de la région ont tous manifesté l’intérêt de voir les Comores organiser cette dixième édition», a déclaré Hassani Mohamed Aboudou, directeur exécutif du Comité olympique et sportif des îles Comores (Cosic).

Dans un courrier au président Ikililou le 27 novembre, le premier ministre mauricien, Sir Anerood Jugnouth, écrit que ‘‘il n’a jamais été dans l’intention de mon pays de manifester le moindre ‘esprit de compétition’ pour abriter les Jeux. La décision finale, relative à l’organisation des jeux de 2019, reste du ressort du Conseil international des jeux des îles (Cij)».

C’est au cours de la réunion du Cij (Conseil international des jeux), prévue en février prochain à Madagascar, que la question sera définitivement tranchée. En attendant, le mouvement olympique de la région se mobilise pour trouver un terrain d’entente et éviter que ce rendez-vous crucial ne se transforme en une foire d’empoigne.

C’est ainsi que le Comité olympique de Madagascar ‘‘a pris l’initiative de réunir après les problèmes durant les derniers jeux et pour en finir avec cette guerre médiatique et surtout en vue d’une réconciliation de tous les membres, afin que nous ayons un esprit de solidarité et de fraternité avant la réunion», lit-on dans une lettre que Randrianasoloniaiko Siteny a adressée, entre autres, aux comités olympiques nationaux .

Aujourd’hui, l’espoir renaît de voir les Comores devenir les hôtes de ces dixièmes Jioi. L’offensive diplomatique menée ici et là pour reprendre officiellement le flambeau semble être en train de payer.

Nassila Ben Ali / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*