Le Président Azali en conférence de presse

​Le Président de l’Union des Comores Azali Assoumani s’est entretenu ce jeudi au palais présidentiel de Beit-Salam, avec les journalistes de la place et ceux des pays arabes notamment ceux venus du Sultanat d’Oman. Cette rencontre du Chef de l’Etat avec la presse a eu lieu après la fin des travaux de la conférence internationale sur le Sultanat d’Oman et ses relations avec les Etats de la Corne de l’Afrique. Une assise qui s’est tenue au palais du peuple de Hamramba du 06 au 08 décembre et qui était honorée lors de la cérémonie d’ouverture par la présence du Président de la République. 

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Pour revenir à la conférence de presse, plusieurs questions entrant dans des domaines importants à savoir la relation fraternelle, diplomatique et socioculturelle entre le Sultanat d’Oman et les Comores ont été largement abordées par les journalistes. Ces derniers se sont aussi intéressés sur les mesures qui devraient être prises par les deux pays notamment les Comores pour le suivi des recommandations faites lors de trois jours d’échange entre les autorités et techniciens de deux pays. Des questions également sur les garanties qui devaient être données par les autorités comoriennes pour attirer et rassurer les investisseurs étrangers, arabes notamment omanais qui souhaiteraient investir aux Comores.

En réponse à toutes ces questions, le Président de l’Union des Comores Monsieur Azali Assoumani se veut rassurant. « Il est de notre intérêt de préserver cette relation qui nous lie avec le Sultanat d’Oman, on doit avoir une diplomatie directe avec les autorités omanaises et le Comité mixte mis en place dans le cadre de cette conférence de Hamramba doit travailler efficacement pour consolider cette relation fraternelle et historique entre les deux pays mais aussi pour donner les réponses attendues aux résolutions qui en ont été faites ». Le patron de Beit-Salam a fait appel aux hommes d’affaires arabes notamment omanais pour venir investir aux Comores et leur donne toutes les garanties nécessaires et indispensables de protection de leurs investissements. « Nous avons un bon code d’investissements et nous allons l’améliorer encore davantage pour rassurer les investisseurs étrangers » a-t-il indiqué. Le Chef de l’Etat a rassuré les journalistes arabes de sa volonté et celle de son gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les intérêts des hommes d’affaires qui souhaiteraient investir dans notre pays.

En répondant à une question relative au tourisme notamment aux belles plages dont regorge l’Union des Comores, le chef de l’Etat Azali Assoumani, dans un style humoriste, certes, mais avec de propos qui viennent du fonds de son cœur, dit souhaiter que la prochaine conférence entre l’Oman et les Comores à Moroni, soit abritée dans un hôtel qui sera construit par des hommes d’affaires omanaises. Le Président dit croire que les hommes d’affaires arabes notamment omanais peuvent jouer un rôle important et décisif pour consolider les relations fraternelles et diplomatiques qui existent entre les deux pays « Je vous (les journalistes) demande d’être nos ambassadeurs dans vos pays respectifs et nous accompagner pour attirer le maximum d’investisseurs afin de mieux lutter contre le chômage et pour un développement durable et harmonieux » a plaidé le chef de l’Etat.

En ce qui concerne l’enseignement surtout aux échanges de programmes, un secteur très débattu par les séminaristes tout au long des travaux lors de la conférence à Hamramba, le Président Azali dit avoir donné des instructions au Ministre de l’éducation nationale, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les recommandations faites sur ce point soient mises en application afin que les Comores tirent profit de l’expérience omanaise.
Beit-salam

1 commentaire sur Le Président Azali en conférence de presse

  1. Quelle est la différence entre la gouvernance du président AZALI et celle de Sambi et Ikililou?

    L’histoire retiendra les deux mandats catastrophiques du président AZALI. Les comoriens vivent dans la honte alors qu’au même moment AZALI et ses ministres sont engorgés d’argent et des biens matériels. Mais priver une population de leurs moyens d’existences, c’est comme tuer l’humanité toute entière.

    En effet, vous pouvez donner trente six mille conférence de presse devant le monde entier, rien ne peut vous légitimer sans la population comorienne. La souffrance que vous l’infligez au peuple comorien aura des conséquences non seulement sur elle-même, mais aussi sur vous même.
    D’abord, le peuple ne vous défendra jamais tant que vous continuez à le faire subir lamentablement la pression sur leur liberté d’expression. Ensuite,vous allez regretter lors de votre bilan de 11ans de règne sans pouvoir laisser vos empreintes.

    J’insiste que les Comores connaissent le pire moment de son histoire. Ils n’ont ni santé, ni éducation, ni justice. Nous ne parlons pas des routes, d’électricité, d’eau et la préservation des deniers publics. Comment voulez vous que les gens de bonne volonté investissent dans un pays sans infrastructures, ni justice digne d’un pays de droit. Si voulez vous que les Comores deviennent un pays en voie de développement, il suffirait de rendre la justice indépendante et digne.

    Il faut dire que beaucoup de comoriens ont les moyens d’investir sur place. Vous voyez déjà ceux qui ont tenté l’aventure avec leurs investissements. Ils sont nombreux à prendre le risque de mettre leurs économies au service de l’investissement. Mais, votre justice est indigne car elle juge tout simplement ceux qui n’ont pas des colonels, des juges ou des ministres dans votre gouvernement.

    Donc, développer un pays commence d’abord par des institutions solides.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*