Le président de la République exhorte les diplomates à plus de résultats

Réunion au sommet, samedi 5 janvier au ministère de Relations extérieures, entre le président Ikililou Dhoinine et les représentants de l’Etat comorien à l’étranger. Sans doute, le début de la “grande concertation“, annoncée par le chef de l’Etat Comorien pour une restructuration de la diplomatie comorienne. Une annonce qu’il a faite dans son discours de clôture du séminaire gouvernemental, il y a un peu plus d’une semaine au palais du peuple de Hamramba.

Dix représentations diplomatiques à l’étranger (Addis-Abeba, Afrique du Sud, Belgique, Chine, Egypte, Emirats arabes unis, France, Iran, Sénégal) ont répondu à la convocation du chef de l’Etat, l’ambassadeur des Comores en Libye n’ayant pas pu faire le déplacement.

Egalement les membres du gouvernement et les fonctionnaires du ministère des Relations extérieures ont été au rendez-vous, qui se voulait un tremplin sur une nouvelle façon de travailler. Dans son discours devant les diplomates comoriens, le chef de l’Etat s’est largement exprimé sur la question de l’île comorienne de Mayotte :” aujourd’hui, à l’heure où je vous parle, la France, ancienne puissance coloniale, administre illégalement, du point de vue du droit international, une partie de notre territoire.

Alors comment concilier notre intérêt vital, la raison même de l’existence de notre Etat à la nécessité de vivre ensemble en paix dans notre région ? Avons-nous l’idée d’abandonner un jour cette revendication légitime ? La réponse est Non. Tout le monde ici le sait. Mais ne sommes-nous pas suffisamment intelligents pour vivre ensemble avec ceux qui sont nos frères et sœurs dans la concorde ? Vous avez le devoir, en tant que professionnels du métier, de résoudre cette équation ou tout au moins de l’équilibrer”.

Toujours sur nos relations avec la France, le président Ikililou a plaidé pour une recherche de voies et moyens pour “booster” nos relations avec notre partenaire principal, “sans passion”, mais aussi “sans abdiquer”. “En tant que professionnel, l’exercice n’est pas si compliqué puisque en tant que pays membre des Nations unies, nous avons le devoir de respecter sa Charte et ses principes“, a-t-il soutenu à l’adresse des diplomates comoriens présents dans la salle.

Selon le chef de l’Etat, sans le dialogue permanent avec tous les acteurs, vue la place géostratégique que notre pays occupe, il serait “suicidaire“ d’imaginer une sortie responsable de cet imbroglio dans lequel nous nous trouvons.

“Je vous exhorte à plus d’imagination, à plus de retenu pour qu’enfin nous trouvions un début de sortie de ce tunnel. Nul doute qu’avec la France, nous sommes tout simplement condamnés à coopérer avec sincérité et loyauté.” Le président Ikililou n’a pas manqué de parler des crises économiques et géopolitiques que traverse le monde dans son ensemble. Il s’agira pour cette nouvelle approche de la diplomatie comorienne, selon le souhait du chef de l’Etat, de ne plus subir les événements mais être acteur.

“Sur le plan diplomatique, beaucoup des difficultés semblent compliquer la tâche des diplomates pour réussir l’union sacrée du monde moderne face aux grands défis mondiaux : La négociation sur le climat, la défense de notre environnement, pour ne citer que ces cas, sont autant de difficultés face auxquelles nous devons nous affirmer“, a-t-il soutenu.

Par ailleurs, le chef de l’Etat n’a pas manqué, comme ce fut le cas lors du séminaire gouvernemental, d’appeler aux “changements de comportements“ au sein du ministère de Relations extérieures, “vitrine“ de notre pays. “Mesdames, messieurs les chefs des missions diplomatiques à l’étranger, tout n’est pas rose, mais je vous demande de rester dignes des missions qui vous sont confiées. Vous me trouvez sans doute trop ambitieux. […] Ceux qui ne feront rien pour la reconquête de notre place au sein de la communauté des nations, ne seront plus maintenus à leur poste. Ceux qui continueront à se contenter de l’immobilisme qui semble caractériser certains fonctionnaires dans ce ministère, rendront des comptes”.

Compte-rendu
de Kamardine Soulé

1 commentaire sur Le président de la République exhorte les diplomates à plus de résultats

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*