Le secteur primaire, acteurs clés des assises pour le changement

La situation économique et sociale nous impose ces assises et personne
ne doit le nier l’Union des Comores
traverse l’une des crises majeures de son histoire elle est économique sociale et sociétale ,elle est identitaire
et morale .Le Président a eu raison d’ appeler l’ensemble de la population à la réflexion à se rassembler et à agir .
Le secteur primaire est le moteur, la masse critique et le garant des assises pour le changement .En négligeant les principaux intéressés ,les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs ,ainsi des nombreux jeunes qui ont peu de compétences, voir pas du tout, et sont exclus de toute vie économique et sociale productive ,dans une Union des Comores en plein mutation ,le changement peut aussi échouer .
Aujourd’hui comme hier nous comptons nos amis . Force est cependant de constater que la générosité et l’attention aux plus démunis, héritées de nos anciens ne
sont plus de mise ,or sans la générosité nul peuple ne saurait en
comprendre un autre ni se comprendre lui même .
L’économie de subsistance où le monde du secteur primaire y a été quasi confiné durant plus de quarante trois décennies ; une bonne part s’y
trouve encore et ses progrès très lents n’ont pas permis que récemment d’endiguer techniquement les maux qui frappent
Notre pays .
En quarante trois années d’indépendance notre bilan se limite à la vente de notre nationalité aux bédouins, pendant qu’une grande majorité de nos concitoyens n’ont pas de statut .
Sachons tirer les leçons de l’histoire
n’acceptons pas d’être les témoins passifs où les complices de l’inacceptable .

Soilihi Mohamed alias Momo, président de l’union des chambres d’agriculteurs

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*