L’éducation des handicapés aux Comores

Actuellement avec les avancées technologiques seuls les handicapés mentaux et certains handicapés neurologiques ne peuvent pas suivre les cycles scolaires normaux de l’éducation. Malheureusement, dans le pays il n’existe pas des écoles spécialisées des sourds, des muets et des aveugles. Donc ces catégories d’handicapés se trouvent automatiquement exclues du système éducatif. Seuls certains handicapés moteurs fréquentent le milieu scolaire. Or, l’intégration des handicapés passe entre autre par l’éducation

Tableau 8: Répartition (%) des handicapés par fréquentation scolaire selon l’île.

 

Iles Ne fréquente pas Fréquente Total
Grande Comore 60,2 39,8 100
Mohéli 44,6 55,4 100
Anjouan 72,7 27,3 100
Total 60,4 39,6 100

 

Lors de cette enquête, on a observé que 60% de la population handicapée ne fréquentaient pas l’école. Ceux qui ne fréquentent pas, ne sont pas allés l’école à cause de leurs handicaps (71 % des cas). Parmi les personnes ayant fréquenté l’école 41,5% ont atteint un niveau primaire; suivi de ceux qui ont le niveau secondaire (26,7%) et du niveau coranique (25,9%). Ceux ayant dépassé le secondaire, représentent seulement 2,9%. Au total donc, la population handicapée est très peu instruite. Toutefois, le fait de relever qu’au sein de cette population, il y a ceux qui ont pu franchi le cap du primaire conforte l’hypothèse selon laquelle certains handicapés, grâce à leur formation scolaire, sont en mesure d’assumer des hautes fonctions au sein des administrations, des entreprises…. La mise en place des institutions spécialisées pour cette catégorie de la population s’avère donc indispensable pour leur meilleure intégration au sein de la société (…).


Les handicapés de sexe masculin sont relativement plus instruits que ceux du sexe féminin : on a observé 50,8% des hommes handicapés ont fréquenté l’école contre 22,8% pour les femmes. De même que lorsqu’on considère le milieu de résidence, les handicapés recensés en milieu urbain semble être relativement plus instruits que ceux résidant en milieu rural. En effet, la proportion de ceux qui ont fréquenté l’école est de 52,8% en ville contre 35,7% en campagne. Ce constat est sans doute lié aux infrastructures scolaires plus abondantes dans les centres urbains qu’en milieu rural (…)

Les variations inter-îles ne sont pas négligeables. L’île de Mohéli se distingue des autres par sa forte proportion d’infirmes ayant suivi une scolarité : 55,4% des handicapés ont fréquenté l’école contre 39,8% à la Grande Comore et 27,3 % pour Anjouan. Les îles de la Grande Comore (36,9%) et surtout d’Anjouan (38,7%) offrent beaucoup plus un enseignement coranique à ses infirmes. Contrairement à Mohéli, 2,3 % seulement de la population handicapée ont suivi l’enseignement coranique. Toutefois, il faut noter que, quelques infirmes ont pu atteindre le niveau supérieur surtout à Anjouan.

Tableau 11 : Répartition (%) des handicapés par fréquentation scolaire selon le milieu de résidence.

 

Milieu de résidence Ne fréquente pas Fréquente Total
Urbain 47,2 52,8 100
Rural 64,3 35,7 100
Total 60,4 39,6 100

 

Source : Rapport d’analyse des résultats de l’enquête sur la situation des handicapes aux Comores, Ministère des Affaires sociales de l’Union des Comores, janvier 2003

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*