Les 100 jours de Houmed Msaidié au ministère de l’intérieur

Après 100 jours à la tête du ministère de l’intérieur, Houmed Msaidié a fait le point. L’installation des communes, le processus électoral, la police et la sécurité publique ont constitué les points forts de ce parcours.

image

Le ministre Houmed Msaidié a fait, hier mercredi à Moroni, le bilan de ses 100 premiers jours au ministère de l’intérieur. Houmed Msaidié a parlé de la décentralisation, du processus électoral, de la police et de la sécurité publique.

« C’est un temps relativement court pour établir un bilan dans un département ministériel. Néanmoins, il permet de poser quelques jalons et d’imprimer une autre vision dans la conduite et la gestion des affaires publique », a dit M. Msaidié.
Sur le processus électoral, le ministre a parlé du processus de révision du code électoral, la mise en œuvre de la loi de 2005 sur le vote des Comoriens résidant ou établis à l’étranger, l’amélioration du fichier électoral pour les élections présidentielles de 2016, etc.

« Le gouvernement, a déclaré Houmed Msaidié, va tout faire pour que les Comoriens aient un président élu le 26 mai prochain et les trois gouverneurs au 23 mai ». Le ministre a précisé que son département travaille avec tout le monde pour la réussite des élections.
Au sujet de la décentralisation, il a parlé de la tenue du premier congrès des maires, la remise officielle des écharpes uniformisées aux maires et du transfert des compétences relatives à l’état civil des préfectures aux communes.

« Aujourd’hui, notre pays ressemble aux autres pays du monde. Grâce à l’installation des communes, il y aura un rapprochement du peuple au pouvoir », souligne le ministre Msaidié avant d’ajouter : « la mise en place de l’association des maires reste une chose importante pour les quartiers et les villes ».

A propos de la police et de la sécurité publique, le ministre a rappelé la suppression du visa de sortie, l’harmonisation des statuts de la police nationale autrefois régie par des statuts différents et la régularisation de la situation administrative de 150 policiers. « Nous voulons avoir une vision de la police comme l’a fait l’AND et donner une nouvelle image à notre police », a conclu le ministre.
Mohamed Youssouf/LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*