Les chiites sont priés de quitter les Comores

Le discours du président Azali Assoumani lors de la clôture des assises nationales risque de faire couler beaucoup d’encre. Ce lundi 12 février au stade de Moroni le président Azali a demandé aux chiites de dégager du pays de quitter immédiatement les Comores.

« Les chiites, les Comores ne sont pas chez vous. Videz les lieux » Azali Assoumani.

Dans les prochains jours, il y’aura peut-être des arrestations des chiites du pays. Azali donne le feu vert au ministre de l’intérieur Mohamed Daoud alias Kiki dans la répression des chiites du pays.

6 commentaires sur Les chiites sont priés de quitter les Comores

  1. on est chiite et ose à vous informer avec liberter et fierter qu’on remercie à Dieu de nous avoir guidé vers le droit et vrai chemin qui n autre que celui du saint prophete et sa famille c’est à dire( les partisants de l’heritier legitime du saint prophete,bien prouvé par le texte coranique et les hadiths ,à savoir: d’Ali ben Abi taleb).
    Et je vous jure que personne ne peut combattre les chiItes sur CE terre car sont les vrai croyants aussi amis d’ALLAH , retourner dans l’histoire et vous verrez, combien de putschiste qu’ont esssayé d’opposer mais n ‘ont pas pu!
    car c est la force divine qui protege la realité et la verité
    tennez vous bien, cher chiites comoriens ,dans votre chemin et soyer sur que personne ne peut rien faire contre vous car Dieu est avec !!

    vivres les vrai croyants (les chiites).

  2. Moi he pense que azali est le 1et chiite aux Comores , un sanguinaire, un dictateur ,un putschiste ,un sadique, un. Machiavélique , un. Traitre égale chiite, donc azali doit quitter les comores et surtout abandonner le pouvoir ,les comores b ont pas besoin d,un dictateur , azali est le Kim jong un comorien , il a les mm caractère que bokassa, mougabe,

  3. on nous apris que tout musilmant egale a l autre j ne sait pas c’est quoi chitte ou suinite ect alor patriote reveillons le comore entrons en guerre avec c’est minable

  4. Azali la tu franchies la ligne rouge les chiites ou sunites laisse les tranquile on veut pas une guerre inutile nous sommes un pays laic et on s’enfiche de celui qui veut pratiquer sa religion ce que nous voulons c’est pouvoir manger le lendemain mais avec toi et kiki le pays decend aux encheres

  5. Azali assoumani mougabe veut diviser pour mieux régner.
    Son discours sur les chiites est une décision politique lourde de conséquences. En effet, il mène le pays dans une zone d’incertitude.
    D’abord, s’attaquer aux chiites pour prétendre aux dollars saoudiens est un bon conseil certes, mais critiquable. Car, il pourrait produire des effets inattendus. D’autant que les saoudiens n’ont jamais pris une ligne continue.
    Ensuite, semer le chaos dans un pays en situation comateuse est une folie de grandeur nature. Et l’histoire dira clairement les évènements calamiteux produits par le tyran sanguinaire, le colonel azali assoumani mougabe. Car, cet individu malveillant n’a eu de cesse de détruire la nation comorienne. Il se croit plus fort et plus intelligent que les autres. Mais le jour viendra où il se trouvera nez à nez avec ses bourreaux. Il ignore l’histoire qui a relaté tant d’évènements sur des dictateurs sanguinaires comme Kadhafi, Saddam, Blaise comparé etc… Tous ces derniers, ont fini comme des bêtes. Il faut insister que 99,9% des chef d’États africains n’abandonnent pas le pouvoir sans le revolver. Or, rien n’est prédestiné à ces chef d’États à périr inhumainement dans l’exercice du pouvoir. Mais, les comoriens ne cessent dire qu’il faut laisser le miel au moment où il est mieux qu’avant.

    Monsieur le tyran sanguinaire, les comoriens sont fatigués et malheureux. Si tu veux que la terre ne vous rejette pas, faisant en sorte que les traces de votre gouvernance disparaissent.

    Bref, les comoriens se souviendront longtemps du tyran sanguinaire azali assoumani mougabe. Car, il marquera la pire histoire que qu’aucun pays n’ait connu jusqu’à maintenant.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*