Les Comores, archipel oublié, évoqué à Roquemaure

​D ernièrement à la médiathèque de Roquemaure l’association AlterM’sol a projeté un film sur les Comores, qui a initié un débat animé par Colette Gallay et Hassani Nombaba.
Cet archipel entre Afrique et Madagascar c’est l’Union des Comores, trois îles indépendantes et la 4e Mayotte, maintenant département français. Midi Libre a rencontré Colette Gallay présidente de l’association.
Pourquoi les Comores ?

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

L’Union des Comores est un pays très pauvres dans lequel j’ai travaillé et pu apprécier et constater les compétences, mais ce pays a aussi des besoins importants à bien des égards. L’éducation est une problématique essentielle pour l’avenir d’un pays, AlterM’Sol est une organisation de solidarité internationale qui agit dans les domaines psychosociaux et éducatifs.
Concrètement que faites-vous ?

Nous intervenons pour soutenir l’initiative d’artistes comoriens sur place, créer un centre culturel, une initiative exemplaire et réussie malgré un manque crucial de fonds par exemple après 5 ans l’Unicef vient de permettre la construction de toilettes au CCAC, (Centre de création artistique et culturel). Contre vents et marées ce centre vit avec ce que je nomme les acteurs qui sont parties prenantes du développement de leur pays, il relie ou rallie les artistes de l’ensemble de l’archipel et ça aussi c’est essentiel. Il est important de souligner que nos engagements pour la création du CCAC ont permis que cette nouvelle institution soit ancrée dans le tissu national comorien avec la reconnaissance d’utilité publique, ainsi que l’intégration d’ateliers d’expression aux sein du cursus scolaire dès la primaire. Nous apportons aussi un soutien moral et matériel, de la formation à l’animation des ateliers dans les écoles, et à la pédagogie pour les enseignants et les artistes intervenants.
Pourquoi ce film, comment est né l’idée ?

C’est un documentaire qui aborde des thématiques très diverses tant des Comores, que de Mayotte, ce qui permet d’apporter des précisions, d’aborder aussi notre désir d’agir aux Comores, d’être un partenaire au CCAC en totale complémentarité en agissant dans le domaine de l’éducation en accord avec le ministère de l’éducation comorien.

Colette Gallay au milieu d'enfants comoriens
Colette Gallay au milieu d’enfants comoriens

Quels sont les projets de l’association ?

Une mission de trois mois pour poursuivre la formation, un soutien à la gestion du centre et l’organisation d’une action importante lors de  la Journée mondiale de l’enfant africain, cette mission a besoin de soutien financiers et donc récolter des fonds c’est aussi un des buts des projections de ce film.
Quel avenir voyez-vous pour les Comores ?

L’avenir des Comores ? Je ne ferai pas de projections géopolitiques c’est trop complexe, mais je pense que l’action du CCAC avec ses partenaires est un pilier important de développement et d’apaisement entre ces deux entités (Union des Comores et Mayotte), ma position ne me permets pas d’aller plus loin dans une quelconque projection. Je souhaite fortement un avenir meilleur pour ces jeunes et ce peuple tellement attachants.

Midilibre.fr

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*