Les Dessous de l’affaire «  » MAS », au coeur d’une opération

Les dessous de l’affaire ‘’ MAS’’, au cœur d’une opération de règlements de comptes !

‘’Mas’’, un homme d’affaires, originaire de Mutsamudu, et proche de l’ancien président Sambi, libéré de la prison de Moroni, après avoir été pris la main dans le sac avec des quantités d’or en provenance de Madagascar. Pour rappel, ces pratiques ne datent pas d’aujourd’hui mais depuis que Sambi est élu président de la République. Un trafic couvert par les services douaniers, sous l’impulsion du premier cercle de Sambi. Avec la rigueur et la transparence qu’opèrent les nouveaux responsables de la douane qui ne laissent rien leur échapper, cet or a été saisi et placé dans un coffre fort à la banque centrale des Comores, ce qui fâche le parquet de Moroni, et en particulier, son patron, l’indéboulonnable procureur général, Soilih Mahamoud, alias Sako, natif de Moheli. Ce dernier a décidé plus que jamais à obtenir la tête du directeur général des douanes pour lui avoir résisté dans sa croisière de vouloir terrasser tous ceux qui lui résistent. Les procédures douanières sont saluées par les autorités compétentes, et puisque Sako est armé d’une arrogance qui nuit la tournante mohélienne, il rejette tout et défie la République. On verra alors si l’Etat va encore céder aux bêtises d’un homme qui se voit au dessus de tout le monde.

 

Le bras de fer qui oppose la douane comorienne et Sako est flagrant et fait que, aujourd’hui, les responsables de la douane comorienne sont sous l’œil de cyclone de cet éminent magistrat qui ne jure que sur Ikililou, dans ses dérapages qui rendent malade notre système judiciaire. Il suffit qu’il ait une faille technique dans la douane pour que Sako s’en prenne à ses responsables. A force de vouloir montrer à l’opinion que la tournante mohélienne peut se permettre de tout et partout, Sako insulte notre appareil judiciaire et il serait grand temps que les autorités de ce pays prennent leurs responsabilités afin de soigner l’image de notre justice.

Il faut avouer que les événements donnent raison aujourd’hui à l’ancien procureur de la République, Youssouf Ali Djaé et son collègue Ali Ahamada, ancien président de la Cour d’appel de Moroni, qui, tous les deux se sont vus remercier par le président Ikililou, parce qu’ils ont refusé d’obéir aux injonctions de Sako. Ce dernier se place au dessus de tout le monde pourtant c’est un homme de contradiction qui, délibère ses jugements selon ses humeurs. Il a mis en place une justice pécuniaire qui n’honore pas ce noble métier de juriste.

 

Les comoriens qui se sentent choqués par le comportement de cet individu qui confond la tournante mohélienne et les intérêts comoriens ne savent quoi dire et s’interrogent sur le devenir de notre appareil judiciaire. Ces pratiques irresponsables et honteuses infligées à la justice comorienne par Sako, resteront à jamais gravés dans la mémoire de chaque comorien.
Source:corruptionzero

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*