« Les filières sciences et technologies sont les catalyseurs qui stimulent le développement économique d’un pays »

wpid-screenshot_2016-01-29-11-20-47-1.png

Voici une ébauche de mon programme pour la Restauration de la crise dans le système éducatif des îles Comores.

Mon Gouvernement effectuera des remaniements dans le système éducatif, notamment dans le secteur de la science et la technologie dans l’ensemble des Îles Comores.wpid-screenshot_2016-01-29-11-20-47-1.png

Les filières sciences et technologies sont les catalyseurs qui stimulent le développement économique d un pays. J’accorde donc une attention sérieuse aux sciences et aux technologies en commençant par le secteur de l’éducation.

Mon gouvernement améliorera les dispositifs mis en place pour l’enseignement en général et le secteur scientifique et technologique en particulier en vue d’encourager les étudiants à suivre des cours de sciences dans les écoles secondaires et universitaires.

Nous équiperons toutes les institutions universitaires avec les plus récents équipements pour la recherche scientifique et technologique.

Nous instaurerons des bourses d’ études pour les étudiants brillants désireux de poursuivre avec la filière des sciences et technologies.

Nous attirerons surtout dans notre pays les investisseurs de partout dans le monde ce qui permettra à ces jeunes ingénieurs et scientifiques d innover et d exercer leurs compétences dans notre beau archipel des Îles Comores.

Encourager nos scientifiques de la diaspora à revenir à la maison pour aider à la formation et la motivation de notre jeunesse sera aussi a l ordre du jour.

Nous effectuerons des partenariats avec des universités étrangères pour nous soutenir dans la création d’une génération de scientifiques et d’ingénieurs de classe mondiale
Enfin nous comptons créer une cellule spéciale pour le financement exclusif de l’enseignement scientifique et technologique à travers les îles.

Merci pour votre soutien.
Ensemble nous irons loin.

Madame Moinaecha Youssouf Djalali

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*