Les réactions à Mwali sont mitigées sur l’affaire Combo

Une semaine après le procès en assises de l’ex-général Salimou Mohamed Amiri, et les soldats soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat du lieutenant colonel Combo Ayouba, à Mohéli les gens ne cessent de commenter chacun à sa manière.

« Je suis satisfait d’abord du fait que ce procès a finalement eu lieu après un long suspense et cela grâce à l’arrivée d’Ikililou au pouvoir » pense Douhouchame Daouda, un militant politique proche de Fazul. « Il y a eu de l’audace et une véritable démocratie de la part du gouvernement comorien, même si le coupable n’est toujours pas connu mais je suis convaincu qu’un de ces jours ce ou ces criminels seront coincés » a-t-il ajouté.

Pour Moustadrane Zahabay, l’affaire est toujours politisée comme d’habitude, car jusqu’à maintenant il n’y a pas eu d’arrestation alors qu’il devait en principe y en avoir. « Je suis très inquiet quant à la suite du dossier, n’est-ce pas la fin déjà alors que les comoriens sont impatients de connaitre l’assassin du colonel Combo ! » se demande Moustadrane.

« Une autre chose me laisse perplexe, si la première version de l’affaire est supposée être un montage, qu’est ce qui prouve que la deuxième version qui a permis à tout le monde d’être libéré n’est pas un montage au détriment de la première version » a-t-il ajouté.

Quant à Said Mohamed Elface, il pense « qu’il y avait eu tout simplement dans l’ancien régime une volonté politique de punir le général Salimou et maintenant il y a une volonté de le libérer un point et c’est tout ». Pour ce jeune militant politique, les comoriens ne doivent pas se féliciter car il y a toujours un criminel qui circule peut être avec une arme.

« Nous attendons pour qu’un jour la vérité émerge » dit-il. « La justice comorienne a continué ses grimaces comme elle a toujours fait avec les auteurs de détournement de fonds publics » assène Elface avant de poursuivre que « dans toute cette histoire il y a une question qui me taraude et que je n’arrive pas à répondre, c’est de savoir les pistes qui avaient conduit à l’arrestation de ces soldats ». « C’est une façon de détourner les gens » a-t-il conclu.

Pour avoir plus d’information,  HZK-Presse s’est approché du juge Rachad Mchangama, président du tribunal de première instance de Fomboni, celui qui avait instruit le dossier de l’assassinat du colonel Combo. « Je n’ai rien à avoir avec la presse » a-t-il laissé entendre.

Mouayad Salim (HZK-Presse)

1 commentaire sur Les réactions à Mwali sont mitigées sur l’affaire Combo

  1. oui vous etes content q ikiloulou afinalement metre point a cette chien ecrase par une voiture n est ce pas pour nous entres en guerre entre anjounais comme les autres l ont fait depuis 10 ans

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*