Lettre ouverte à notre président malade

Opinion libre: Monsieur le président,c’est après une longue et mûre réflexion que j’ai pris la liberté que me confère la constitution pour vous écrire cette lettre ouverte.Si j’ai choisi cette méthode épistolaire,votre état de santé ne vous permet pas de me recevoir,même si vous faites le dos rond pour camoufler vos souffrances. Puisque je n’ai aucune obligation de réserve,je peux dire haut ce que pensent tout bas vos citoyens.En tant que président vous êtes le général in chief de notre armée,vous êtes le président du conseil supérieur de la magistrature.

Ainsi j’ai le droit de vous interpeller dans l’intérêt de la nation. Le bilan de votre politique est catastrophique sinon chaque jour vous n’allez pas vous déplacer pour inaugurer une route de 10 km alors que nos voisins de l’Afrique de l’est construisent des milliers de km de route,achètent des avions,aménagent des km de chemin de fer…

Votre politique de ces deux ans s’est caractérisée par un régime politique qui ne répond pas aux normes modernes de l’état de droit.Cette lettre n’est ni une offense ni un bilan à vous opposer. Au moment où les hommes comme Belu,Kiki… se bousculent pour vous demander un nouveau mandat.Je vous invite respectueusement et franchement à ne plus commettre l’erreur dramatique,avec ce mal qui vous ronge,de vous engager une fois encore à une nouvelle élection. Ecoutez la voix de la sagesse qui conseille chaque personne à l’heure de la vérité.Comme disait souvent mon père  »choisir c’est renoncer. Très jeune militaire,le destin a voulu que vous soyez au côté du président commerçant A.Abdallah vous l’avez vu à l’action,aujourd’hui vous l’imitez parfaitement .Les tournées inutiles,dans nos villages pour vous faire payer à manger gratuitement,les danses,la distribution des billets,la corruption des notables…Vous accomplissez dans ce pays tout ce qu’A.Abdallah à réaliser sans son nationalisme.Vos choix politiques,votre manque de vision et votre cape auront conduit notre pays dans l’abîme de l’histoire.

Les comoriens subissent,sans broncher vos folies(assises,référendum,présidentielles anticipées…)
Dans la vie monsieur le président tout a une fin.Vous êtes malade très souffrant pour une charge importante comme diriger un pays.Le moment est venu de remettre les clés aux comoriens.Votre dramatique état de santé,vous convie à ne plus occuper des charges de l’état bien trop lourdes.Un autre mandat même de trois mois serait des supplices pour vous et pour le pays.Ainsi par cette lettre,je vous interpelle en faveur de la seule décision qui puisse orienter le pays vers une ère nouvelle où l’intérêt général prime sur l’intérêt d’un homme:RENONCEZ A CE MANDAT DE TROP !

Monsieur le président ,
Montrez aux comoriens que les Comores sont plus importantes à vos yeux que votre ambition,ne suivez pas les délires,les humeurs égoïstes de votre cour.Revenez à la voie d’une alternance pacifique.Donnez au peuple la chance de ne plus revenir aux années sombres des mercenaires.Soyez l’homme qui perpétue la démocratie.Le pays attend de vous cet arbitrage .C’est ainsi que nos îles s’accrocheront avec espoir,dans le wagon de la paix et s’éloigneront des luttes fratricides et des reculs intolérables.Nos îles ont besoin d’ institutions fortes et solides et non des hommes forts.Les comoriens ont besoin d’un état de droit et démocratique ,seul objectif pour la paix, la prospérité pour les générations à venir.

M.le président dites à votre femme qu’elle n’a aucun statut légitime dans l’état comorien,elle est votre épouse,la première dame du pays.Si elle veut faire de la politique qu’elle commence d’abord par se faire élire dans sa ville,sa région ou son île.
M.le président dites à votre épouse de trouver une œuvre de bienfaisance publique apporter son expertise et se faire un nom dans le pays.

M.le président,c’est honteux ce que fait apparaître votre femme comme étant vénale,le peuple comorien ont compris qu’elle n’agit que pour l’argent,ne s’intéresse qu’à l’argent ,le comoriens ont découvert le vrai visage de votre femme un soir dans un ukumbi de votre village Mitsudje quand nous l’avons vu se jeter comme une crève la faim et ramasser les billets de banque lancés par les femmes des paysans et des pêcheurs. C’est une tâche réservée à une certaine catégorie de la femme comorienne.

M.le président dites à votre que dans ses sorties en prenant publiquement la parole ça fait froid au dos.Elle est menaçante,agressive,sinistre même, tout ça pour rester à Béitsalam et gagner beaucoup,beaucoup d’argent.La femme d’un président doit fléchir,modérer,apaiser les décisions de son mari.A table,dans le lit la femme d’un président doit plaider pour la libération des prisonniers,l’allégement de la politique de son époux.
Mme Mitterrand se battaient pour de l’eau potable pour tous.

Mme Chirac collectait des pièces jaunes pour les enfants malades.
Mme Obama a mis toute son énergie contre l’obésité.
QUE FAIT VOTRE FEMME A PART ADORER L’ARGENT !

Mbaba Zaïm

2 commentaires sur Lettre ouverte à notre président malade

  1. C’est très facile de raconter des bla bla sur le net combien de président étaient là avant azali apart Ali soilih qui a a fait la moitié de ce que Azali a fait dans notre pays tu fairait quoi si tu étais a sa place (rien) alors on s’en fout de sa santé c’est les actions qui nous intéresse

  2. Mbaba Zaim n’est pas une identité d’une personne honnête pour publier un article que tout le monde va lire sans connaître l’identité de la pesronne qui l’a publié.Si vous croyez à ce que vous dites pourquoi vous cachez?

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*