Lettre Ouverte: TOUCHE PAS A MA SANTE

Nous participons à cette lettre ouverte, rappelant le principe fondamentale, démocratique et sollicitant une large diffusion de votre part afin d’obliger le président de la République et accorder un entretien télévisé à notre collectif: lettre ouverte des étudiants comoriens en France, de la société civile, du collectif Mvoukisho ye Masiwa, de la population de Vanamboini, du Medec, de la Fédération Comorienne des Consommateurs et tant d’autres aspirations. Le village de Vanamboini est confronté par la décision hâtive de nos dirigeants prise en début d’année 2016, les professionnels de l’environnements, les acteurs économiques du pays, les jeunes comoriens de France, la société civile et très récemment le conseil de l’Île de Ngazidja, s’accordent de dire que ce projet n’est pas viable et les conséquences sur notre environnement, notre économie et notre santé seront dévastateurs et ne pouvons être opérées qu’à partir de 5 ans après l’exploitation. Nous avons décidé, au nom de tous ceux et celles qui ne cessent tirer la sonnette d’alarme, d’adresser cette lettre ouverte à son Excellence, Monsieur IKILILOU Dhoinine, lui rappelant son allocution au tribune de l’ONU en 2013 et son engagement en matière de démocratie et d’écoute des citoyens ainsi qu’en matière de fraude financière.

Les signataires de cette lettre attendent un signe fort qui honorerait le Président, à savoir l’abandon pur et dure de ce projet contraire à l’intérêt général et au simple bon sens, qui, au-delà du jeux politique, menace également notre démocratie, notre justice et l’avenir du développement durable dans le pays.

image

Voila ainsi ma contribution personnelle à l’action et espère voir rapidement la lettre ouverte de MVOUKISHO YE MASSIWA; C’est en multipliant les déclarations d’une lettre ouverte que l’on touchera un maximum de gens dans les réseaux sociaux. C’est la raison par laquelle je vous invite à signer celle-ci et vous joindre individuellement en attendant une déclaration collective.

MLEZI WANTSI

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*