Licenciements massifs, la faute revient aux… autres

Dans un face à face avec la presse locale, le Président Azali Assoumani est revenu sur plusieurs décisions qui ont marqué le début de son second mandat. A la question de savoir pourquoi les jeunes ont été priés de vider leurs casiers dans les sociétés et autres bâtiments d’État, le président a confié qu’ « il est incompréhensible que pendant tout un mandat, aucun poste n’a été créé et que personne n’a été recrutée alors qu’à un an des élections, les places sont trouvées pour caser les chômeurs ».

S’il soutient que des mesures et des solutions sont en réflexion pour l’insertion de tous les jeunes licenciés par ordre de compétence, Azali Assoumani n’oublie pas d’égratigner ses opposants coupables selon, lui d’ « avoir utilisé les jeunes en leur offrant des contrats de travail à des fins autres que la lutte contre le chômage».

A.AThoumani

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*