« L’ile mère, doit donner l’exemple du développement »

wpid-screenshot_2015-12-31-08-36-33-1.png

PORTRAIT DU CANDIDAT HAMADA MOUSSA(ABY).
A 52 ans, Hamada Moussa est l’un des candidats à l’élection au poste du gouverneur de Ngazidja. Se présentant sous la bannière du parti politique, Union Pour le Développement des Comores (UPDC), il compte, s’il remporte cette élection, faire de cette ile, une ile exemplaire en matière de développement, de cohésion sociale et de paix où l’intérêt général va primer sur l’intérêt personnel.

image

Né le 1er janvier 1963 à Foumbouni, la capitale du Sud, Hamada Moussa s’est inscrit après un baccalauréat série D à l’Ecole Nationale d’enseignement supérieure de Nvouni, section Mathématique. En 1990, il est titulaire d’un Diplôme de PEGC. Il enseigne la mathématique au collège ; Voyant que le monde change et qu’une polyvalence répondrait mieux aux emplois de demain, il s’inscrit à l’Ecole Nationale d’Administration d’Abidjan, section Trésor en Cote d’Ivoire, où il sort tout naturellement avec un diplôme d’Inspecteur du Trésor.
Rentré au pays en 1999, il est affecté à la Trésorerie générale où il occupa différents
Postes, comme chef de service de la comptabilité, chef de division recettes (fondé de pouvoir)…En 2011, le président de la république le Dr Iklilou Dhoinine, le nomma à la tête de la Direction Générale des Impôts où il resta jusqu’ en 2015.
Marié et père de trois(3) enfants, Hamada Moussa, est un militant et membre de plusieurs associations de la société civile et de la jeunesse. Son expérience dans le mouvement associatif le poussa à militer dans un parti politique. Pour lui, la politique est le centre des décisions. « En tant qu’expérimenté et militant de la société civile, je dois être dans la conquête du pouvoir, parce que c’est la politique qui est au centre de décisions ». Il se rappelle donc, de la fameuse devise politique « Les problèmes politiques sont les problèmes de tout le monde et les problèmes de tout le monde sont des problèmes politiques », a-t-il déclaré a son entré en politique.

Depuis des années, Hamada Moussa est toujours remarqué par son dynamisme et son sens d’ouverture vers les autres. Membre fondateur du parti, UPDC, où il est le leader de la section du Sud, il a su avec les autres leaders, rassembler les différentes tendances pour faire de l’UPDC, un mouvement politique uni, refusant les clivages mais admettant les débats.
Pour sa capacité de rassemblement, son esprit d’ouverture et de consensus, il a été choisi pour porter la couleur du parti UPDC à cette élection. Convaincu de son engagement, son charisme et son leadership qui sont des facteurs favorisants sa victoire à l’échéance de 2016, le candidat Hamada Moussa a une ambition : « faire de l’ile mère, une ile exemplaire ».

Soutenu par la coalition présidentielle, comptant sur son entourage (société civile et personnalités venant d’horizons différents), Hamada Moussa croit aussi que la population de Ngazidja est de plus en plus consciente et veut aller vers l’avant, et donc disposée à prendre une part active au développement. C’est pourquoi, il a baptisé son programme «développons ensemble notre île, Ngazidja ». Programme dans lequel, la priorité est donnée au développement (production et redistribution).

Pour lui, une véritable démocratie doit comporter un certain nombre de facteurs comme la liberté de presse et d’opinion et aussi le développement social à travers un climat de paix et de solidarité. « Là, nous pourrons inverser la courbe du pessimisme le « there is no alternative ». « Nous pouvons créer des richesses à travers de petites unités de production qui seront mises en place dans toutes les communes de l’ile et repartir ces richesses, donner des revenus surtout aux jeunes et aux femmes », dévoile le candidat de l’UPDC. «Sans faire de la démagogie», il dit donner une place importante aux préoccupations des jeunes et des femmes. Pour ce qui est des jeunes, il estime qu’ « une jeunesse désœuvrée est une bombe ». Pour cela, il faut une distribution de revenu, de richesses à travers la création de petites unités de production. Le candidat prend l’exemple de la période révolutionnaire où le président Ali Soilihi avait pu lancer une décentralisation économique. « Il suffit donc d’instaurer une confiance entre les gouvernants et les gouvernés et aussi l’égalité entre les Comoriens », a-t-il rassuré.

Lui d’ajouter que « il faut qu’on tourne réellement la page, qu’on ait le courage de faire de reformes et de faire des comoriens vivant à Ngazidja, maitres de leur destin ». Ainsi son maitre mot est « chacun doit prendre son destin en main, et notre administration doit l’aider à y parvenir », a-t-il conclu.

Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*