Loi de finances 2017 : vers une adoption sans encombre

Samedi 24 décembre, l’argentier du gouvernement, Said Ali Said Chayhane, a rencontré la commission des finances de l’Assemblée nationale. Après l’exposé des motifs, les députés ont constaté qu’il s’agissait du même texte que celui rejeté en première lecture, mercredi 14 décembre. Mais, le ministre s’est engagé à prendre en compte l’amendement de l’article 16 de la loi des finances, proposé par un député issu de Mwali.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus


Par Ali Abdou

Les représentants de la nation ont repris le chemin de l’hémicycle depuis vendredi après la convocation, par le chef de l’Etat, d’une session extraordinaire, exclusivement consacrée à l’examen du budget 2017. «Vous apprécierez avec moi combien la convocation de cette session est justifiée par la grande importance que revêt l’ordre du jour fixé par le décret du chef de l’Etat», a déclaré Abdou Oussein, président de l’Assemblée nationale, dans son discours d’ouverture des travaux.
Selon lui, en répondant à cette convocation, les députés montrent leur disponibilité à «doter le gouvernement d’un levier important pour la mise en œuvre de sa politique.» Il espère que cette session sera celle «de la concorde et de l’unité», et qu’elle offrira aux parlementaires l’opportunité de combler, dans une certaine mesure, le retard accusé dans le «traitement du principal menu de la dernière session ordinaire.» 

Amendement de l’article 16

Et de poursuivre : «Je reste convaincu qu’avec la volonté qui nous anime, rien n’est encore perdu. C’est donc mobilisés pour l’intérêt supérieur de notre pays, et unis dans la diversité, que nous relèverons les défis et représenterons dignement notre nation.» Samedi 24 décembre, le ministre de Finances et le directeur général du Budget ont rencontré la commission des finances de l’Assemblée nationale. Après l’exposé des motifs, les députés ont constaté qu’il s’agissait du même texte que celui rejeté en première lecture, mercredi 14 décembre.

Un député issu de l’île de Mwali a proposé l’amendement de l’article 16 de la loi de finances, qui porte sur le tableau de l’équilibre budgétaire. A l’unanimité, les parlementaires ont voté le rapport du budget ainsi que cet amendement de l’article 16. Toutefois, l’argentier du gouvernement a précisé que la prise en compte de ce rectificatif devrait être précédée d’un contrôle technique au niveau des îles. Ainsi, une commission mixte réunissant les techniciens de la direction générale du Budget et des entités insulaires a vu le jour. Elle est chargée de plancher sur la question et de confronter les chiffres pour mieux éclairer le parlement.

A en croire le président de la commission des finances, Issa Soulé Mmadi, si d’ici à l’adoption de la loi de finances en plénière, la commission arrive à communiquer à l’Assemblée nationale le rapport de ses travaux, les amendements seront apportés au texte avant son adoption. Dans le cas contraire, un deuxième rendez-vous sera fixé en avril prochain. Pour le directeur des études de prévision budgétaire à la direction du Budget, Ahamada Ali, le gouvernement a pris en compte les revendications des îles, mais le temps est assez court pour réunir la documentation nécessaire et vérifier les chiffres.

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*