L’Union de l’Opposition toujours en froid avec le président Azali

L’Union de l’Opposition a fait sa rentrée politique hier mercredi et a profité de l’occasion pour annoncer son nouveau bureau. En même temps, ils continuent de ne plus reconnaître le colonel Azali Assoumani comme président élu des Comores et féliciter les actions de la diaspora qui ne cesse de manifester pour dénoncer la « dictature » dans le pays.

L’Union de l’Opposition a signé hier sa rentrée politique en annonçant la mise en place d’un nouveau bureau. Le regroupement des partis de l’opposition a gardé Mohamed Ali Soilih comme président et Youssouf Said Soilih comme secrétaire général. Devant la presse, ils ont salué les actions de la diaspora qui ne cesse de dénoncer la « dictature » du régime d’Azali Assoumani. Le tout nouveau secrétaire général de l’Union de l’opposition insiste encore une fois qu’Azali Assoumani n’est plus leur président.

« Comme on n’a pas cessé de le dire, l’Union de l’opposition se bat pour un Etat de droit, la démocratie et la liberté d’expression. Et aujourd’hui, on ne les retrouve pas dans notre cher pays », lance-il. Dans son discours d’investiture, le chef de l’Etat s’était engagé à associer le chef de l’opposition et les leaders de tous les partis politiques dans le processus de prise de décision sur tous les sujets d’intérêt national. Une proposition qualifiée « d’insensée » par le secrétaire général de l’Union de l’Opposition.

« On ne se laissera jamais manipuler par quiconque. Le matin, le colonel Azali dit qu’il veut associer l’Union de l’Opposition dans ses actions et le soir, il nous rejette. D’ailleurs, il n’y a pas un texte qui dit qu’il y’aura un poste pour le chef de l’opposition. A moins que Azali est lui même le texte », martèle-t-il. Selon lui, l’Union de l’Opposition ne reconnaît pas l’élection du colonel Azali Assoumani et ils n’attendent pas qu’il les appelle.

De son côté, Madame Mariama issue du parti Juwa montre que c’est un combat pour les femmes des autres îles de l’archipel des Comores. « Nous allons nous battre pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel, la restauration de la liberté d’expression et de la démocratie et nous allons aller jusqu’au bout », dit-elle, avant d’ajouter que « le combat que nous menons aujourd’hui, est le combat des opprimés ». Cette dernière montre par la suite que dans un Etat, il y a toujours des divergences et c’est cette divergence qui pousse les autres pays à se développer. « Dans notre pays ce n’est pas le cas. Ils veulent que nous soyons dans le même panier. Ce n’est pas de la démocratie », poursuit-elle. Pour rappel, depuis les élections du 24 mars dernier, l’Union de l’Opposition n’a toujours pas reconnu Azali Assoumani comme président légitime. Une série de manifestations est organisée à l’intérieur et à l’extérieur du pays, pour dénoncer la « dictature » et réclamer plus de liberté et de démocratie.

Ibnou Mohamed Abdou / LGDC


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/1/d365227695/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

1 commentaire sur L’Union de l’Opposition toujours en froid avec le président Azali

  1. Il faut surtout Bannir le gorille de soit disant Moigni baraka qui se prend pour le Dieu de la CNT . C’est un racaille , un traitre tout comme , le pédophile Mzimba . Je souhaite une reussite à cette opposition structurée .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*