Madagascar : La santé publique menacée par les coupures d’électricité.

hopital manarapenitra

Les coupures de courants et délestages touchent le secteur privé mais font aussi des victimes dans le secteur public notamment dans les hôpitaux.

L’Express de Madagascar révèle qu’à Fianarantsoa, 80% des hôpitaux ont enregistré un taux de coupure de 80% en 24h et que 80% des centres de santé n’ont pas du tout eu d’électricité. Celui qui révèle cette information est le coordinateur de coopération pour le développement entre l’université de Suisse et Madagascar, Toniniaina Rakotozanakajy.

Trois personnes sont mortes suite aux coupures d’électricité dans les hôpitaux cette année, selon Toniniaina Rakotozanakajy. Même s’ils disposent de groupes électrogènes, ceux-ci mettent du temps à prendre le relais sur la Jirama ( la compagnie d’eau et d’électricité de Madagascar ). La coupure de courant pourrait être fatale pour un patient même si celle-ci ne dure que quelques secondes, d’après un membre du personnel médical.

La Jirama ne respecte pas le voltage et la puissance électrique qu’il doit délivrer à ses clients, ce qui endommage beaucoup d’appareils. Des épiciers ont perdus tous leurs appareils électriques suite à une surtension, selon une enquête. En effet, la tension électrique au bout d’une ligne doit être plus ou moins 10% de 220 volts et de 50 hertz. Hors dans bon nombre de villes, cette tension n’est que de 180 volts et 50 hertz. Cette baisse de tension a un impact sur les appareils électroniques selon Toniniaina Rakotozanakajy.

Un logiciel permettant de surveiller le voltage et la puissance délivré est en cours d’élaboration. il a été conçu par deux doctorants à l’Ecole Polytechnique d’Antsiranana qui l’ont présentés lors du séminaire international de formation à la sécurité, à la fiabilité et l’efficacité des réseaux électriques dans les futurs pays émergents. Seulement pour que cela aboutisse, il faut que l’Etat s’investisse et développe les barrages hydrauliques afin de réduire le problème.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*