Maison d’arrêt de Moroni : Onze détenus vont bénéficier de la grâce présidentielle

wpid-screenshot_2015-12-29-09-43-18-1.png

«En sa qualité d’homme tolérant, il a pris cette décision alors que ces gens souhaitaient lui ôter la vie. Comme il a la foi, il les gracie en vue de préserver la paix et la stabilité en cette période de campagne électorale», a indiqué le procureur général.

image

Jeudi dernier, dans son discours devant l’armée nationale, le chef de l’Etat a annoncé qu’il avait décidé d’accorder une grâce à certaines catégories de détenus ‘‘afin de leur permettre de passer les fêtes de fin d’année avec leurs familles’’.

Interrogé hier par Al-watwan, le procureur général, Soilihi Mahamoud, a déclaré que la procédure serait en cours. Au total, onze détenus vont bénéficier de cette mesure de mise en liberté, dont sept étrangers et quatre nationaux (Mahmoud Ahmed Abdallah, Satoul, Said Maarouf et Amjad).

Selon lui, la Constitution comorienne autorise le président de la République à accorder une remise de peine à un condamné. ‘‘En sa qualité d’homme tolérant, il a pris cette décision alors que ces gens souhaitaient lui ôter la vie. Comme il a la foi, il les gracie en vue de préserver la paix et la stabilité en cette période de campagne électorale», a indiqué le procureur général.

Soilihi Mahamoud a fait savoir que cette décision du chef de l’Etat n’est assujettie à aucune condition ; seul le chef de l’Etat en décide en son âme et conscience.  «Cela relève de sa propre initiative», a-t-il précisé.

Jusqu’à hier, le procureur général n’avait pas encore le décret présidentiel en sa possession, mais il estime que la déclaration publique du président de la République vaut plus. A l’en croire, aussitôt après la publication du décret de grâce, la justice procédera à la libération des détenus cités.

Pour les étrangers, ils vont devoir aussitôt reprendre l’avion ‘‘puisqu’ils n’auront pas le droit de rester dans ce pays. Ils en seront expulsés avec interdiction de retour’’.

Ali Abdou / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*