Mali : un mort dans une explosion chez le chef islamiste Iyad Ag Ghaly

20 novembre 2012

Mali : un mort dans une explosion chez le chef islamiste Iyad Ag Ghaly

Iyad Ag Ghaly, chef d’un des groupes islamistes qui occupent le nord du Mali, le 7 août 2012 à Kidal ©AFP

BAMAKO (AFP) – (AFP)

Une personne
a été tuée et trois autres blessées
mardi dans une explosion due à une mauvaise
manipulation d’une arme de guerre au domicile à Kidal
(nord-est du Mali) de Iyad Ag Ghaly, chef d’un des groupes
islamistes qui occupent le nord du Mali, a appris l’AFP
auprès de témoins.

« J’étais dans la cour de la maison de Iyad, des
jeunes manipulaient un RPG (lance-roquettes) dont ils ne
savaient pas bien se servir » et il y a eu « une
explosion violente », a déclaré un des témoins.

« L’explosion chez Iyad Ag Ghaly a fait un mort et trois
blessés.C’est à cause d’un mauvais maniement
d’une arme lourde », a confirmé un élu de la
région de Kidal sous couvert de l’anonymat.

Iyad Ag Ghaly, leader du groupe islamiste armé Ansar
Dine (Défenseurs de l’islam), n’a pas été
touché par l’explosion, certaines sources
sécuritaires affirmant qu’il se trouve actuellement
à Tombouctou (nord-ouest du Mali).

Le nord du Mali est entièrement occupé depuis fin
juin par les groupes islamistes armés, Mouvement pour
l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), Al
Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Dine.

Alors que se prépare une intervention armée
internationale pour les en chasser, des représentants
d’Ansar Dine à des négociations qui ont lieu
à Ouagadougou, ont affirmé que ce mouvement se
démarquait du « terrorisme » et était
prêt à abandonner l’idée d’imposer la charia
(loi islamique) à tout le Mali.

Ils l’imposent pour le moment dans le Nord avec rigueur –
lapidations, amputations de pieds et de mains de
prétendus voleurs, coups de fouets aux buveurs d’alcool
et aux fumeurs – détruisent des monuments religieux, et
se rendent coupables d’atteintes aux droits de l’Homme
contre les habitants.



Share

Tous droits de reproduction et de représentation

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*