Maoulida Mbaé développe un complexe d’infériorité face Ahmed Ali Amir

Selon des informations concordantes et au regard des divers commentaires postés sur les nombreux posts qui parlent d’Alwatwan sur facebook, force est de se rendre compte que le nouveau directeur général du journal étatique a du mal à reconnaitre qu’il n’a pas les compétences requises pour faire face à son prédécesseur, Ahmed Ali Ali. En effet, on nous a rapporté que tout ce que le nouveau Dg  est guidé par une soif de faire mieux que l’ancien. Hélas, il serait en train d’échouer lamentablement.

A titre d’exemple, il vient de justifier sur facebook à travers un commentaire, le licenciement de la journaliste Faiza Soulé Youssouf. Pour Maoulida Mbaé, son prédécesseur avait signé le licenciement d’un journaliste et la suspension d’un chauffeur, tels sont les arguments avancés. En congé d’un mois selon ses propres mots, Ahmed Ali Amir serait vu par son successeur comme un élément qui sape son travail en dirigeant la rédaction depuis l’extérieur. C’est ainsi que certains journalistes, photographes et commerciaux plancheraient sur un plan pour virer AAA aux fins de se partager son salaire.

1 commentaire sur Maoulida Mbaé développe un complexe d’infériorité face Ahmed Ali Amir

  1. Non vous mentez. Maoulida Mbaé est un jeune garçon très modeste. IL a beaucoup de respect et de sympathie pour Ahmed Ali Amir. Arabophone formé en Egypte, il a bien sûr ses limites. Mais il aime son métier de journaliste. Le seul problème, en bon p’tit comorien, il ne supporte pas qu’on insulte Azali, son tonton de Hambou.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*