Mariage: « Ma fille, marie-toi ou foire ta vie »

Aaaaah le mariage! C’est comme un conte de fées qui se réalise! On se marie avec la personne qu’on aime, notre âme soeur, l’élu-e de notre vie. C’est le plus beau jour de notre existence, en plus d’être inoubliable. Mais bon sang de bois, c’est aussi une source de pression sociale assez stressante…

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Chimamanda N’Gozi Adichie, une écrivaine nigériane, a dit: “Parce que je suis une femme, on attend de moi que j’aspire au mariage. On attend de moi que je fasse mes choix de vie en gardant toujours à l’esprit que le mariage est le plus important.” Et je vous avouerai que chaque fois que je retourne au pays, c’est ce que je ressens complètement. La première chose que les « kokos » me demandent, ce n’est pas « est-ce que t’as réussi tes examens? » mais plutôt « est-ce que t’es fiancée? » ou encore « Alors tu te maries quand? Après les études? Dépêche-toi de finir! » Par contre, à un jeune homme, jamais on ne lui posera ces questions-là. Sauf s’il arrive à la trentaine.

C’est sûr que, quand on regarde autour de moi, on peut se demander pourquoi je ne suis pas mariée, et encore moins fiancée:

– Ma cousine de 23 ans, avec qui je passais mes vacances s’est mariée l’été dernier.

– Une de mes copines du lycée (26 ans)? L’année dernière.

– Ma meilleure amie de l’IUT (23 ans)? Il y a un an et demi.

– Deux supers potes du bled (27 et 29 ans) se sont fiancés il y a quelques jours…
– Et ma mère qui s’est mariée à 24 ans (mon âge actuel)

marige-comoresEt qui dit mariage, dit forcément enfants. Mon cousin de Marseille ne dira pas le contraire, il vient d’avoir un bébé. “Marie-toi vite, pour avoir des enfants!”, “à ton âge, j’avais déjà un enfant”, “tu sais, passé 30 ans, tu vas avoir du mal à avoir concevoir des bébés”
Tu la sens la pression ? Hein, tu la sens la pression ma vieille ?

C’est drôle que les hommes ne subissent de la même manière la pression du mariage (et par extension, la pression de faire des enfants). Si à 30 ans ils ne sont pas mariés, ce n’est pas grave. Une femme pas mariée à 30 ans ? Elle est “périmée”, “plus fraîche”, “vieille”. Je pense que cette différence est due au fait que plus le temps passe, plus une femme aura du mal à avoir des enfants. Alors qu’un homme est fertile longtemps (demandez à Jean-Paul Belmondo). De là à foutre une pression monumentale comme si la vie en dépendait…

Mais la vérité, c’est que je me fous totalement de ce tintamarre sur le mariage. J’ai des études à terminer, un travail à trouver. Mais surtout, je me sens trop jeune pour ça: je ne me vois pas mariée avant 27 ans, je ne suis pas prête à fonder une famille. Autant vous dire que je ne suis pas pressée. Sauf que, vous vous en doutez bien, me trouver un bon mari est la première préoccupation de ma famille, et en particulier de ma mère.

On bassine les filles depuis leur adolescence avec cette idée qu’une jeune femme n’aura réussi sa vie que si elle est liée ad vitam aeternam à un homme qu’on lui aura préalablement choisi. Notez bien le “qu’on lui aura choisi”. Parce qu’il est hors de question que moi, la “mwana wa mwali”, sois mariée à un quelconque “m’djeni”. Et c’est pareil dans toutes les familles comoriennes. Mais le mariage n’est pas leur seule exigence: le Grand Mariage (Anda à N’Gazidja, Shungou à Mohéli), véritable institution traditionnelle, doit absolument être célébré pour toute union entre deux comoriens. Alors, est-ce à cause du Grand Mariage ou à cause de simples préjugés envers les étrangers que nos parents refusent de voir leurs filles épouser un homme venant d’ailleurs? Quelle qu’en soit la raison, je sais déjà que mes parents vont tout faire pour que j’épouse à terme un mohélien 100% pur souche certifié conforme pour le Grand Mariage. Et ce, même si mon prétendant hors critères se présente. Je vous l’ai dit, la famille n’en veut pas…

“On attend de moi que je fasse mes choix de vie en gardant toujours à l’esprit que le mariage est le plus important”. Que tu sois comorienne de la diaspora ou comorienne du pays, on te le martèlera jusqu’à ce que t’accomplisses ton destin (de femme mariée). Mais fais-le parce que tu le souhaites, et pas parce qu’on t’y force. Je sais qu’un jour je me marierai, qu’un jour je fonderai une famille. Mais en attendant que chéri doudou d’amour vienne faire sa demande en mariage à mes parents, j’ai encore des partiels à réviser.

Kanousha.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*