Marine Le Pen : « Si nous échouons, la charia remplacera notre Constitution »

wpid-screenshot_2015-12-04-06-14-33-1.png

Marine Le Pen était mercredi soir en meeting à Nîmes dans le Gard aux côtés de son compagnon Louis Aliot désigné pour mener la liste FN en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
Source AFP Devant environ un millier de personnes, à Nîmes, Marine LE Pen a multiplié les accusations contre les «échecs successifs» du gouvernement.
Source AFP

image

Entourée de la tête de liste Louis Aliot, seulement quelques points derrière la socialiste Carole Delga dans les enquêtes d’opinion de la grande région au second tour, du maire de Béziers, Robert Ménard, Marine Le Pen a multiplié pendant cinquante minutes les accusations contre les « échecs » successifs » du gouvernement qui n’aurait « pas pris la mesure du danger ». Face aux djihadistes, « nous n’avons pas d’autre choix que de gagner cette guerre. Si nous échouons, le totalitarisme islamiste prendra le pouvoir dans notre pays, comme il l’a pris en Libye avec l’aide de Nicolas Sarkozy, comme il tente de le prendre en Syrie, en Égypte, en Tunisie, etc. », s’est inquiétée Marine Le Pen. Dans ce cas-là, « la charia remplacera notre Constitution, l’islam radical se substituera à nos lois, nos bâtiments détruits, la musique prohibée, l’épuration religieuse avec son cortège d’horreurs, etc. », a-t-elle mis en garde.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*