Mayotte : 3 morts, 13 disparus dans le naufrage d’un kwassa

Trois personnes ont péri et treize autres sont portées disparues ce lundi dans le naufrage d’un bateau en provenance d’Anjouan et à destination de Mayotte a annoncé la préfecture de Mayotte. L’embarcation avait à son bord 24 personnes à son bord, et on compte huit rescapées, treize disparus et trois cadavres repêchés.

Selon toujours la préfecture, reprise par l’Afp, les recherches d’éventuels survivants se poursuivent. L’embarcation a chaviré aux environs de 2 h 30, dans la nuit de dimanche à lundi, à seulement 300 mètres des côtes, au large de Dapani, au sud de Petite-Terre, une des deux îles de l’archipel. Il y’a environ un mois, six personnes avaient trouvé la mort et 27 avaient été portées disparues, passagers d’un kwassa, en provenance d’Anjouan également.

A Mayotte ile comorienne occupée par la France, un visa est imposé aux comoriens des trois autres iles souhaitant se rendre dans leur île voisine. Depuis 1995, année de son introduction, le bras de mer séparant Mayotte d’Anjouan est devenu un cimetière marin où périssent des centaines et des centaines de comoriens.

Sur la tribune de l’Onu, lors de la 67ème session de l’assemblée générale, le président Ikililou Dhoinine parlant de la stabilité des Comores, lance appel à la France, pour qu’un dialogue franc et sincère soit enfin, instauré entre nos deux pays, sur la question de l’île comorienne de Mayotte.

Selon lui, Mayotte restée sous administration française, constitue une menace pour la paix et la stabilité des trois autres îles, socles de la liberté et de la prospérité. Le président a dénoncé le fait que Mayotte a toujours servie de base arrière pour déstabiliser les Comores, estimant que ces agissements empêchent le pays d’aller de l’avant en dépit de ses énormes potentialités.

Des hommes, des femmes et des enfants, dans des embarcations de fortunes, ont péri dans le bras de mer qui sépare Anjouan de Mayotte en raison du visa que la France a imposé aux Comoriens des trois autres îles a-t-il expliqué. Situation douloureuse et inacceptable, dit-il, qui ne peut laisser indifférent cette assemblée planétaire

Source: Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*