Meeting de l’Union de l’Opposition à Mutsamudu

Le Président Azali ne peut en aucun moment être à la fois juge et parti
Ce jeudi 19 juillet 2018, s’est tenu au stade de Missiri le meeting de l’Union de l’Opposition des Comores. Ce rendez-vous a regroupé, outre des responsables des différentes Formations politiques de l’Opposition, l’Exécutif de l’île, des Députés, des Conseillers de l’île, des Maires, des notables, des chefs religieux ainsi qu’une foule nombreuse venue des différents coins de l’île.

Sur les banderoles placées autour du gymnase on peut lire : « Respect aux Accords de Fomboni », « Pas de référendum sans le rétablissement de l’Ordre constitutionnel », « Libérez Sambi », « Non au coup d’Etat constitutionnel », « Alternance démocratique en 2021 et en 2016 », « Pour une large autonomie des îles », « Non à la dictature », « Libérez les personnalités politiques », « Mutsamudu réclame la libération de son enfant ».

Après le Fatha et la lecture des versets du Saint Coran, plusieurs personnalités se sont succédées devant le micro. Parmi lesquelles : le Coordinateur du parti JUWA : Mahamoud Mohamed Elarif, l’ancien Député et Vice président Mohamed Djaffari, madame la Député Ramoulati Abdou, Député Ali Mhadji, l’ancien Maire de Ouani : Moussanbou, l’ancien Ministre Kamardine Abdou ainsi que le Gouverneur Son Excellence Dr Abdou Salami Abdou.
La quasi-totalité des interventions ont été axées sur le contenu des banderoles. Par contre l’ancien Ministre Kamardine Abdou nous a fait lecture de la lettre adressée à la Communauté Internationale lui demandant « d’intervenir avant qu’il soit trop tard ».

Et, pour sa part, le Premier Magistrat de l’île de Ndzuwani : Hakim Dr SALAMI a vivement remercié les Anjouanaises et Anjouanais d’avoir fait le déplacement ; il est réconforté de la mobilisation de la diaspora ainsi que la solidarité retrouvée des formations politiques pour l’intérêt d’Anjouan en particulier et de la Nation en général.
Enfin, afin d’attirer l’attention de la population, le Locataire de Dar –Nadjah a développé quelques articles qui visent à « dépouiller » le pouvoir des Îles Autonomes.

Notons qu’au cours du meeting, une lettre signée par les trois des cinq Députés membres de la Commission Parlementaire sur le Programme de la citoyenneté économique, à savoir : le Vice-président Hachim Ramiara, le Député Tocha Djohar et le Député Mmadi Hassani Oumouri, adressée au Procureur de la République, ainsi que le tableau de la « vraie enquête » ont été distribués à l’assistance.
Selon les signataires du document : « ledit document n’engage ni la Commission et par conséquent ni l’Assemblée de l’Union qui l’avait mandaté. Il ne peut donc pas légalement servir de base à une procédure judiciaire ».

Gouvernorat d’Anjouan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*