Mondial 2018 à Moroni : Et si les Cœlacanthes seraient en train de reprendre du poil de la bête ?

Le public comorien pousse, enfin, un petit ouf de soulagement ! Un score de parité après environ une demi-douzaine de confrontations internationales est encourageant. Face au Lesotho, hier à Moroni, le pays a terminé 0-0, dans le cadre des tours préliminaires du Mondial 2018 en Russie. Si le nul n’est pas l’idéal, il ravive néanmoins l’espoir. Le rêve de rencontrer le redoutable Ghana, après une victoire à Maseru (Lesotho), mardi prochain, doit animer les Cœlacanthes.

A Moroni hier, le terrain a été pris d’assaut par un public en effervescence depuis le matin. Les protégés du coach Amir Abdou ont eu, à plusieurs reprises, la possibilité de faire la différence, mais un manque de réussite autant que de justesse dans le dernier geste a fait défaut.

image

Pendant la 1ère période, les Comores et le Lesotho ont fait jeu égal, ou presque. A la 11e minute, une puissante frappe Jeremea Kamela, suite à un coup de pied arrêté a failli permettre aux visiteurs d’ouvrir la marque. Un plongeon acrobatique du portier comorien Boina Ben a dévié le tir-bolide.

Les Cœlacanthes se réveillent. Quand les latéraux, Youssouf Ben Djaloud et Mdahoma Omar, apportent le surnombre, le bloc défensif adverse se déséquilibre. Pour casser les actions des locaux, le Lesotho s’est regroupé autour de son but.

Au retour des vestiaires, les Comoriens poussent le jeu et réussissent à contrecarrer la circulation de balle de l’adversaire, grâce à une bonne coordination du trio technique et récupérateur du milieu de terrain.

Merci aux partenaires, joueurs et public

L’entrée de l’attaquant tourbillonnant Mogne Ahmed enflamme le stade. Les occasions offensives se multiplient, contraignant le portier Mohau kuewane à commettre des fautes. Excédé, l’arbitre central malgache.

Les Comoriens terminent le festival des incursions par des frappes, repoussées, soit par le gardien de but, soit par le poteau ou la barre transversale. Le temps n’attend pas l’égalisation. Les Comores et le Lesotho se séparent par un score nul et vierge (0-0). Tourqui Salim, patron de la fédération de football des Comores, sans veste ni cravate s’est transformé en fervent supporteur.

‘‘ J’ai tout enlevé pour déjouer l’attention protocolaire. J’ai senti venir la victoire. L’équipe a dominé. Mais, la chance n’était pas au rendez-vous. Un grand merci à l’équipe pour leur détermination et au public pour son encouragement enthousiaste. Je remercie profondément nos divers partenaires pour leur précieux soutien’’, explose de joie Tourqui Salim.

A la tribune, l’on aura noté la présence d’un Sambi tout sourire, et qui, pour l’occasion, aura serré la main au ministre de l’Intérieur, lui aussi présent pour soutenir les Coelcanthes des Comores. L’image a été belle. Padre ne l’a pas ratée.

Bm Gondet / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*