MSAIDIE, LE ZORRO DE LA RÉPUBLIQUE ?

Nous avons notre Kiki de la République. Il nous manquait le « Zorro de la République » ou le « Zéro de la République », ça y est, il est là enfin. Partout, dans tous les médias publics et privés, vous ne verrez que lui. Il pérore et parle à tue-tête à ses fans en mal de sensations incendiaires. L’homme est connu du grand public comme quelqu’un qui sait faire du bruit lorsqu’il veut se faire remarquer et ainsi se faire entrer dans un gouvernement. Certaines mauvaises langues vont jusqu’à dire que  »c’est tout ce qu’il sait faire dans la vie : gueuler dans l’opposition et forcer pour avoir un poste ministériel dans un gouvernement ».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Aucun ne lui a connu jusqu’à ce jour un travail rémunéré dans le privé ou dans le public. L’homme sait faire de la politique et ça lui suffit. Il aurait confié à des proches sans discernement aucun, mais qui prennent pour une vérité du saint Coran tout ce qu’il dit, qu’il a fait  »une grande école d’études politiques ». Ou ? Quand ? Avec quel diplôme à la sortie ? Silence ! Mais sachez qu’une Ecole ou un Institut d’études politique (I E P) vous prend deux à trois ans de formation après une maîtrise ou un Master.
Alors que voulez-vous ? Avouons qu’à ce stade d’études de Bac + 7, on est sensé être bien formé et spécialisé pour être un ouvrier politique chevronné comme certains sont ouvriers agricoles ou métallurgiques ou infirmier anesthésiste ou gynécologue ou enseignant, maître de Conférence.

Dans un pays où n’importe quel animateur de toirab ou de réception sur nos places publiques peut-être un politicien de renom et prétendre, sans trop rêver, à un grand destin de responsable d’une grande société d’Etat et pourquoi pas député ou ministre voire Gouverneur ou Président de la République, pourquoi lui s’en priverait de telles opportunités gratuites.
Il s’est fait un nom et beaucoup d’incrédules le craignent au point qu’ils le perçoivent comme le Zorro attendu pour venir mettre de l’ordre et donner un semblant d’autorité et de tonus à un pouvoir moribond et flasque. Celui-ci multiplie alors les déclarations à tout vent depuis qu’il est perché à l’Intérieur. Certains lui prête même la dure mission de  »casser le JUWA et Sambi ». Et ceux qui ont pu testé ses reins le croient capable et confiant. JUWA l’attend de pied ferme pour lui vider une fois pour toute sa bombonne.

Déjà, dans sa déclaration aux membres de la CENI qui étaient passés le congratuler pour sa nomination, il aurait confié à cet organe national, chargé de superviser et diriger les opérations électorales, une mission de confectionner une proposition de loi sur l’éligibilité du Président de la République et une autre, sur le code électoral. Je ne vais pas ici parler des intentions malsaines cachées derrière cette mission. Ici je vais seulement relever la myopie politique et législative de notre Zorro de la République. Comment un expert politique de sa trempe peut-tenir de tels propos ? D’accord qu’il a osé dire que la Cour constitutionnelle peut se réunir par SMS et délibérer à distance. C’est une bourde ? Soit.

msaaa
Mais lui, un ancien député, plusieurs fois ministre, puisse confier à la Commission électorale nationale indépendante le soin d’élaborer une proposition de loi pour l’Assemblée, épuisé une loi à portée constitutionnelle, non, arrêtez. Je tombe de mon papayer. Il faut lui rappeler peut-être que la question de l’éligibilité du président de la République est une disposition de l’article 13 de la Constitution qui prévoit une loi organique en ce sens. Comment la CENI peut-elle se transformer en organe de fabrique de lois et d’application de ces mêmes lois ? Je crois que mon ami le ministre a déjà attrapé le shikoungouna du pouvoir. À moins qu’il ait bu la lis. J’informe les novices, qu’une loi organique complète la Constitution. Cette loi existe déjà. Le gouvernement, s’il estime que celle en vigueur peut le léser dans sa guerre anti-Sambi pour 2016, il n’a qu’à déposer un projet de loi dans ce sens au parlement pour modifier l’existante ou demander à l’ami de la CRC, Professeur Gaudusson, l’artisan de la Constitution de 2001 de lui rédiger les amendements nécessaires à son dessein au lieu de confier à la CENI une telle tâche qui outre passe ses missions.
Non, Zorro se trompe d’époque et d’adversaires politiques. S’il a eu jusqu’ici à faire face à des nigauds dans ses travers. Il doit comprendre que Juwa n’est pas de cette trempe là. Les menaces. La prison, les intimidations ou les persécutions programmées, nous les attendons et répliqueront à hauteur de leur intensité.

Ibrahim Mhoumadi Sidi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*