Muhammad Abu bakr shamass nous a quitté

Les Comores viennent de perdre un sage, un médiateur familial humble et engagé, un passionné de culture et de l’Histoire. C’est avec tristesse qu’on vous annonce la disparition à l’âge 50 ans du foundhi Muhammad Abu bakr shamass. C’est nos confrères de la radio ACMC qui ont annoncé la triste nouvelle.

« C’est une très grande perte pour la culture, la poésie comorienne. Shamass était le premier à composer des chants religieux en langue comorienne dont le succès a touché tout le pays dès le milieu des années 80. Qui n’a jamais entendu sur les ondes de la radio nationale ou dans diverses manifestations culturelle Mwana mshe Loulou Toimaya yadaho. » Il a souvent composé des chansons politiques engagées contre tous ceux qui ont ruiné le pays et surtout contre les dirigeants corrompus. Il était un des meilleurs décorateurs du coran de la corne de l’Afrique. Malvoyant de sa naissance pour ne pas dire aveugle, c’est le Maître Ramadhoin Oumar qui l’a initié à la lecture et par la mémorisation. Malgré son handicap, il a sillonné le monde à la recherche du savoir et à prendre part à des compétitions. Il était le frère ayant le sens de l’humour. Il avait élu domicile dans le pays de Nelson Mandela, mais il a fini par s’installer Tanzanie. Ma dernière rencontre avec lui c’était en 2013 lors d’un séjours à Paris. Repose en paix Shamass L’Éclaireur, le poète, le guide et surtout l’ indigné. . Tu es né fin des années 60 et tu es parti avant tes 50 bougies. Nous sommes en deuil », a écrit le directeur de la radio ACMC, Said Acmc Tadjidine.

  

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*